Présentation

La décarbonation complète du transport maritime dont les orientations affirmées deviendront obligations réglementaires imposées par l’Organisation maritime internationale (OMI) à l’échéance de 20 et 30 ans, oblige les armateurs à repenser le mode de propulsion de leurs navires. Une filière est en cours de création, privilégiant l’emploi de techniques modernes servies par de jeunes entreprises ainsi que quelques chantiers novateurs et s’appuyant sur des cabinets d'ingénierie impliqués dans la course au large (conception technique des systèmes, architecture, routage des navires). Situé majoritairement sur la côte Atlantique, ce cluster éolien de la marine marchande, sorte d’écosystème de services et acteurs complémentaires constitué d’une quinzaine d’entreprises a décidé de s’associer sous la dénomination «Wind-ship». Ils sont servis pour une large part par des officiers de la marine marchande persuadés de la nécessité d’utiliser ce mode de propulsion disponible et entièrement décarboné qu’est le vent, remplaçant naturel du carburant fossile. Cette filière en pleine émergence mais disposant de projets matures représente une opportunité à saisir pour la France d’occuper une position de leader européen en la matière. Cependant, le passage à un démonstrateur à l’échelle d’une technologie à voiles en vue de son expérimentation grandeur nature permettant de «dérisquer» un projet, nécessite de franchir un pas important pour une start-up. les rapporteurs préconisent d’encourager cette solution de verdissement du transport maritime en accompagnant les armateurs français dans la concrétisation de leurs projets de décarbonés.

Revenir à la navigation

Sommaire

Résumé
Liste des recommandations
Introduction

1. La propulsion par le vent, une technologie d’avenir décarbonée qui se heurte à certains scepticismes

1.1. Etat des lieux des différentes technologies
1.1.1. Les voiles souples
1.1.2. Les voiles rigides
1.1.3. Les ailes et cerfs-volants
1.1.4. Les rotors et ailes à profils aspirés
1.1.5. Court parangonnage européen

1.2. La nécessité d’objectiver la propulsion vélique
1.2.1. Comparer les performances
1.2.2. S’assurer de la fiabilité des technologies

2. Une filière émergente et prometteuse qui a besoin d’appuis forts

2.1. Développer les financements « verts »
2.1.1. Adapter les outils existants à la transition écologique des navires
2.1.3. Le certificat d’économie d’énergie (CEE), véritable opportunité pour la propulsion vélique

2.2. Engager résolument les Pouvoirs publics
2.2.1. La nécessaire exemplarité des Pouvoirs publics en matière de commande publique

3. Conclusion

Annexes

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 56 pages

Édité par : Ministère de la transition écologique

Collection :

Revenir à la navigation