Rapport d'information (…) sur l'enseignement supérieur du spectacle vivant

Auteur(s) moral(aux) : Sénat. Commission des finances

Présentation

Dans la lignée du rapport sur l’enseignement supérieur en arts plastiques, un contrôle budgétaire sur l’enseignement supérieur des disciplines du spectacle vivant a été mené, en ciblant plus précisément les quatre opérateurs du ministère de la culture chargés de cette mission : les conservatoires nationaux supérieurs de musique et de danse de Paris et Lyon, le conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris, et le centre national des arts du cirque, implanté à Châlons-en-Champagne.

La subvention apportée par le ministère de la Culture aux quatre opérateurs s’élève, au sein de la loi de finances pour 2022, à 48,6 millions d’euros, soit 19,25% des crédits dédiés aux opérateurs de l’enseignement supérieur culture au sein du programme « Transmission des savoirs et démocratisation de la culture ». Le programme retrace également les financements du ministère de la culture en direction des autres structures dédiées à l’enseignement du spectacle vivant : établissements d’enseignement supérieur en musique, danse et théâtre, conservatoires territoriaux, pôles d’enseignement supérieur, et organismes de formation aux techniques du spectacle.

Trois défis communs aux quatre opérateurs sont identifiés :

  • l’insertion professionnelle,
  • l’ouverture sociale de ces opérateurs,
  • la mise à niveau des sites.
Revenir à la navigation

Sommaire

L’ESSENTIEL
LES RECOMMANDATIONS DES RAPPORTEURS SPÉCIAUX
AVANT-PROPOS

I. QUATRE OPÉRATEURS PRESTIGIEUX MAIS PAS ISOLÉS

A. TRENTE-DEUX ÉTABLISSEMENTS STRUCTURENT L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR DU SPECTACLE VIVANT

B. QUATRE OPÉRATEURS DU MINISTÈRE DE LA CULTURE INTÉGRALEMENT TOURNÉS VERS LA FORMATION
1. Une dotation de 59 millions d’euros pour l’année 2022
2. Quatre opérateurs intégralement tournés vers une discipline

C. DES ENSEIGNEMENTS D’EXCELLENCE QUI S’INSCRIVENT DANS UN RÉSEAU DÉJÀ FOURNI DE CONSERVATOIRES PUBLICS DÉDIÉS AU SPECTACLE VIVANT
1. Les conservatoires territoriaux : un rôle appelé à évoluer
2. Des pôles d’enseignement supérieur à valoriser

II. DES DÉFIS COMMUNS

A. L’IMPACT DE LA CRISE SANITAIRE SUR LE FONCTIONNEMENT DES OPÉRATEURS
1. Des économies de fonctionnement toutes relatives
2. Les conséquences pédagogiques

B. MIEUX ACCOMPAGNER L’ENTRÉE SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL
1. Un taux d’insertion professionnelle satisfaisant...
2. ...qui n’empêche pas la nécessité d’un suivi plus affiné

C. LES PARTENARIATS AVEC L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : UN DÉCLOISONNEMENT OPPORTUN

D. QUELLE DIVERSITÉ SOCIALE ?
1. Une part non négligeable d’étudiants boursiers
2. Des aides dynamisées en vue de faire face à la crise sanitaire
3. La question de l’accès aux enseignements

E. DES ÉTABLISSEMENTS INÉGALEMENT ATTRACTIFS À L’ÉTRANGER ET QUI TENTENT POUR CERTAINS DE S’INSCRIRE DANS UNE DYNAMIQUE EUROPÉENNE VOIRE MONDIALE
1. Trois opérateurs sur quatre sont intégrés dans le programme européen Erasmus +
2. Une ouverture aux étudiants étrangers qui témoigne d’une attractivité inégale
3. Une réelle volonté de nouer des relations avec les établissements étrangers

F. UNE PROBLÉMATIQUE COMMUNE : LES INVESTISSEMENTS IMMOBILIERS
1. Une mise à niveau régulière des sites
2. L’incertain et coûteux projet de Cité du théâtre

EXAMEN EN COMMISSION
LISTE DES PERSONNES ENTENDUES

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport parlementaire

Pagination : 73 pages

Édité par : Sénat

Collection : Les Rapports du Sénat

Revenir à la navigation