Modalités d'accès au brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur et au brevet d'aptitude aux fonctions de directeur en accueils collectifs de mineurs

Auteur(s) : Laurence Loeffel

Auteur(s) moral(aux) : Inspection générale de l'Éducation, du Sport et de la Recherche

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Date de remise :

Temps de lecture > 30 minutes

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Face au constat d’une diminution quasi-continue du nombre de titulaires du brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (Bafa) depuis 10 ans, alors que les besoins des organisateurs sont toujours soutenus notamment pour ce qui concerne les accueils périscolaires, une mission d’inspection générale a examiné les conditions d’accès aux diplômes de l’animation volontaire.

À l’issue d’un travail d’investigation mené au plan national ainsi que dans deux régions, la mission a pu constater que les difficultés et obstacles relèvent de questions liées au positionnement de ces diplômes, tant dans les parcours d’engagement des jeunes que dans les filières de la formation professionnelle, à des complexités d’ordre réglementaire et administratif, ainsi qu’à des questions économiques touchant au coût des stages de formation, aux aides apportées aux stagiaires et aux rémunérations offertes à l’occasion des accueils collectifs de mineurs. Elle émet 22 recommandations qui s’adressent pour l’essentiel à l’État et à ses services.

Revenir à la navigation

Sommaire

Synthèse
Liste des recommandations
Introduction

1. Les effectifs de diplômés au BAFA et au BAFD : une diminution importante depuis dix ans pour le BAFA, un nombre de diplômés BAFD qui augmente

2. L'engagement des jeunes : une évolution qui fragilise le BAFA et le BAFD

2.1. L’engagement des jeunes au centre des politiques publiques
2.1.1. Engagement des jeunes et nouvelles formes de citoyenneté
2.1.2. Les autres politiques en faveur de la jeunesse

2.2. Le service national universel et le service civique

2.3. Le BAFA et le BAFD constituent-ils une forme d’engagement volontaire dépassé ?
2.3.1. L’engagement, norme de l’animation
2.3.2. L’engagement pour autrui et le BAFA aujourd’hui
2.3.3. Quelles perspectives pour le BAFA et le BAFD ?
2.3.4. La valorisation de l’engagement volontaire au niveau européen : quelques exemples

3. Un positionnement du BAFA et du BAFD à clarifier

3.1. Des prérogatives en décalage avec la réalité des usages

3.2. Le BAFA et BAFD, une étape dans la construction d’un parcours professionnel

3.3. La nécessaire recherche de cohérence avec une filière initiale des métiers de l’animation

4. Une réglementation à adapter

4.1. L’accès au BAFA et au BAFD : un parcours long et peu coordonné
4.1.1. Un parcours trop long et en décalage avec les attentes des jeunes
4.1.2. Des éléments de comparaison européen
4.1.3. Un parcours souvent sans réelle coordination
4.1.4. Des processus dérogatoires qui deviennent l’usage

4.2. Des organismes de formation plus autonomes et responsables

5. Un rôle de l'État à repenser

5.1. Des jurys à l’utilité et au fonctionnement contestables
5.1.1. Jury BAFA : une très faible valeur ajoutée
5.1.2. Jurys BAFD : des procédures disparates pour une efficacité discutable

5.2. Des contrôles en nombre insuffisant
5.2.1. Contrôles de sessions de formation et contrôles des stages pratiques
5.2.2. Les agents chargés du contrôle
5.2.3. La réforme de l’organisation territoriale de l’État (OTE) : une opportunité

5.3. Une communication à développer

6. Un équilibre économique trop fragile et un cadre financier mal défini

6.1. Des tarifs variables dans un contexte caractérisé par le militantisme

6.2. Un statut des brevets qui complexifie les prises en charges

6.3. Une grande confusion dans les aides à l’accès au BAFA


Conclusion

Annexes

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'inspection

Pagination : 72 pages

Édité par : Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche

Collection :

Revenir à la navigation