Évaluation de l'ensemble des politiques de soutien en faveur de l'agriculture des régions ultrapériphériques et proposition de scénarii objectivés de transformation agricole de ces territoires permettant d'atteindre une autonomie alimentaire

Auteur(s) moral(aux) : Conseil général de l'Alimentation, de l'Agriculture et des Espaces ruraux

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Date de remise :

Temps de lecture > 30 minutes

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

L’économie de plantation a largement façonné l’agriculture ultra-marine et les relations économiques entre la métropole et les territoires concernés. Elle a progressivement fait place à un modèle agro exportateur qui, à la fois, reste encore largement dominant et bride les évolutions vers une agriculture visant à satisfaire les besoins alimentaires locaux. Et en dépit de soutiens publics conséquents et variés, le poids économique de l’agriculture ne cesse de décliner même si culturellement, socialement et au plan environnemental, ce secteur conserve une importance réelle.
Dans ce contexte, la mise en mouvement des agricultures des départements et régions d’outre-mer (DROM) vers une plus grande autonomie alimentaire n’apparait pas véritablement contestée par les acteurs concernés. Mais elle devra être raisonnée territoire par territoire plus qu’au niveau ultramarin, et s’inscrire dans le temps long plus que dans l’urgence, tant les changements nécessaires pour ce qui a trait à l’économie du vivant nécessitent réflexions et adaptations. C’est pourquoi les orientations de ce rapport visent l’horizon 2035.

Le rapport présente 7 recommandations qui sont des pistes de transformation agricole pour contenir puis réduire les importations alimentaires toujours croissantes des DROM.

Revenir à la navigation

Sommaire

RESUME
LISTE DES RECOMMANDATIONS

1. PREMIERE PARTIE : PROBLEMATIQUE ET ORIENTATIONS GENERALES

1.1. L’agriculture dans les outre-mer : un secteur aujourd’hui beaucoup plus accompagné pour ce qu’il représente que pour ce qu’il en est attendu
1.1.1. Un poids économique désormais modeste mais une importance sociale, culturelle et environnementale forte
1.1.2. De très nombreuses politiques publiques en appui au secteur
1.1.3. Dont l’évaluation nécessaire n’a pas encore été
1.1.4. Mais à chaque outre-mer sa réalité
1.1.5. Et des transformations qui ne pourront se dessiner et s’inscrire que dans la durée

1.2. Des compréhensions variées de l’agroécologie et une maîtrise sanitaire non facilitée
1.2.1. Sous diverses dénominations : une agro-écologie en devenir
1.2.2. La maîtrise sanitaire en manque de structuration

1.3. Le cheminement vers une plus grande « autonomie alimentaire » : une ambition non contestée mais non objectivée
1.3.1. « Autonomie alimentaire » : de quoi parle-t-on ?
1.3.2. « Autonomie alimentaire » : et si l’on commençait par caractériser la demande ?
1.3.3. « Autonomie alimentaire » : quelles évolutions possibles de la demande à l’horizon 2035 ?

1.4. Quelle contribution de l’offre agricole à la satisfaction de la demande aujourd’hui et à l’horizon 2035 ?
1.4.1. Qu’est-il aujourd’hui attendu du secteur agricole ?
1.4.2. Quelle couverture actuelle des besoins alimentaires par l’offre agricole ?
1.4.3. Quelles évolutions dessiner en matière de couverture des besoins alimentaires à l’horizon 2035 ?

1.5. Comment favoriser les évolutions souhaitées d’ici 2035 ?
1.5.1. Poursuivre la dynamique des CTA (ou COSDA) en associant toutes les parties intéressées (santé aussi)
1.5.2. Expliciter les objectifs poursuivis et les mettre en débat
1.5.3. Amplifier l’éducation à l’alimentation et accompagner par la recherche, la formation et l’appui technique les différents acteurs de la production alimentaire
1.5.4. Mobiliser les outils institutionnels - à l’image des PAT - pour rapprocher consommateurs et producteurs
1.5.5. Dimensionner les organisations professionnelles agricoles en fonction des objectifs de production et de mise en marché qui leur sont assignés
1.5.6. Pondérer, revisiter et simplifier les aides financières en fonction de leur capacité à favoriser une plus grande autonomie alimentaire des territoires

1.6. Et au-delà de 2035 ?

2. DEUXIEME PARTIE : SPECIFICITES ET DECLINAISONS TERRITORIALES

2.1. Guadeloupe
2.1.1. Une place mesurée de l’agriculture, une agroécologie en progression et un réseau agro-alimentaire faiblement orienté « local »
2.1.2. La demande alimentaire en Guadeloupe
2.1.3. La couverture locale des besoins alimentaires : une urgence
2.1.4. Quels leviers de changement mobiliser ?

2.2. Martinique
2.2.1. Un secteur agricole confronté à la déprise, une dynamique agro-écologique et une agro-transformation en voie de diversification
2.2.2. La demande alimentaire à la Martinique
2.2.3. La couverture locale des besoins alimentaires : à conquérir
2.2.4. Quels leviers de changement ?

2.3. Guyane
2.3.1. Une agriculture stratégique, aux petites dimensions apparentes et en contrastes, dans un immense territoire propice à l’agroécologie
2.3.2. Le secteur agro-alimentaire, en quête de ses voies de progression
2.3.3. La demande alimentaire en Guyane
2.3.4. Couverture locale des besoins alimentaires : le défi de suivre la courbe démographique
2.3.5. Les leviers de changement à la main des différents acteurs

2.4. La Réunion
2.4.1. Une agriculture en recherche d’équilibre entre les Hauts et les Bas de l’île, et un intérêt confirmé pour la transformation agro-alimentaire
2.4.2. La demande alimentaire à La Réunion
2.4.3. La couverture locale des besoins alimentaires par la production réunionnaise
2.4.4. Les leviers de changement à mobiliser pour faire évoluer la production agro-alimentaire

2.5. Mayotte
2.5.1. Un secteur agricole encore peu professionnalisé
2.5.2. La demande alimentaire à Mayotte
2.5.3. La couverture locale des besoins alimentaires : une exigence incontestée face à l’explosion démographique mais un parcours ardu
2.5.4. Une palette de leviers de changement : à la portée des acteurs


CONCLUSION

ANNEXES
Annexe 1 : Lettre de mission
Annexe 2 : Note de cadrage
Annexe 3 : Liste des personnes rencontrées
Annexe 4 : Liste des sigles utilisés
Annexe 5 : Questionnaire transmis aux DAAF
Annexe 6 : Quels dispositifs de soutien aux agricultures des DROM et quel calibrage de ces derniers ?
Annexe 7 : Pour en savoir plus sur l’agriculture en Guyane

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 111 pages

Édité par : Ministère de l'agriculture et de l'alimentation

Collection :

Revenir à la navigation