Rapport d’information (…) sur l’attractivité du métier d’enseignant en mathématiques

Auteur(s) : Gérard Longuet

Auteur(s) moral(aux) : Sénat. Commission des finances

Présentation

En application de l'article 57 de la loi organique du 1er août 2001 relative aux lois de finances, Gérard Longuet, rapporteur spécial de la commission des finances pour la mission " Enseignement scolaire ", a mené une mission de contrôle budgétaire sur l'attractivité du métier d'enseignant en mathématiques.
En trente ans, les élèves français ont perdu l'équivalent d'un niveau scolaire en mathématiques. Près de la moitié des élèves français sont considérés comme faibles dans cette discipline selon l'OCDE. Ce constat appelle des solutions rapides, qui ont commencé à être mises en place par le plan « mathématiques » depuis 2019.
En parallèle, la France fait face à des difficultés croissantes de recrutement des enseignants en mathématiques, le vivier de candidats étant trop étroit du fait du manque d'étudiants. En conséquence, de plus en plus de postes demeurent non pourvus à l'issue des concours, faute d'un nombre suffisant de candidats. Il est donc indispensable de renforcer l'attractivité de la profession.
Le levier de la rémunération doit être utilisé afin de revaloriser les salaires des professeurs, en particulier en début de carrière. Mais il ne peut être la seule solution, en particulier au vu des lacunes qui caractérisent la formation des enseignants. La priorité doit aller à la mise en place d'une formation initiale plus adaptée pour les enseignants du premier degré, et à celle d'une formation continue à la hauteur des enjeux dans le second degré.

Revenir à la navigation

Sommaire

AVANT-PROPOS
L’ESSENTIEL
LISTE DES PRINCIPALES RECOMMANDATIONS

PREMIÈRE PARTIE - MALGRÉ LE POIDS DES DÉPENSES D’ÉDUCATION, UN NIVEAU DES ÉLÈVES FRANÇAIS LARGEMENT INSUFFISANT, CORRELÉ À LA FAIBLE ATTRACTIVITÉ DES CARRIÈRES ENSEIGNANTES

I. DES PERFORMANCES DES ÉLÈVES EN MATHÉMATIQUES EN CONSTANTE DÉGRADATION
A. LES ENQUÊTES NATIONALES METTENT EN AVANT UNE BAISSE CONTINUE ET INQUIÉTANTE DU NIVEAU EN MATHÉMATIQUES
1. En trente ans, les élèves français ont perdu l’équivalent d’une année en mathématiques
2. Un poids accru des déterminants sociaux sur les résultats en mathématiques

B. LES COMPARAISONS INTERNATIONALES SOULIGNENT LA FAIBLE PERFORMANCE DU SYSTÈME FRANÇAIS D’ENSEIGNEMENT DES MATHÉMATIQUES
1. Les compétences en mathématiques et en sciences des élèves de CM1 (TIMSS 2015) : des résultats largement inférieurs à ceux de la moyenne européenne
2. Les enquêtes PISA vont également dans le sens d’une forte dégradation du niveau ainsi que d’un accroissement des inégalités entre élèves


II. UN DÉFICIT D’ATTRACTIVITÉ DE L’ENSEIGNEMENT DANS LES FILIÈRES SCIENTIFIQUES QUI PÈSE SUR LES RECRUTEMENTS PAR CONCOURS
A. UN TAUX DE COUVERTURE DES CONCOURS DE RECRUTEMENT QUI S’ÉRODE ANNUELLEMENT
1. Une hausse générale des effectifs d’enseignants en mathématiques qui fait évoluer le profil des enseignants
2. Le déficit de candidats entraîne une augmentation des postes non pourvus

B. UNE SÉLECTIVITÉ DES CONCOURS QUI PEUT LAISSER À DÉSIRER
1. La pénurie d’enseignants en mathématiques conduit à une moindre sélectivité
2. Une situation commune à l’ensemble des pays européens

C. LE RECOURS ACCRU AUX CONTRACTUELS, S’IL PERMET PLUS DE SOUPLESSE, NE DOIT PAS SE TRADUIRE PAR UNE BAISSE DE NIVEAU DES ENSEIGNANTS

DEUXIÈME PARTIE - UNE INDISPENSABLE REVALORISATION DES ENSEIGNANTS EN MATHÉMATIQUES QUI DOIT PASSER PAR UN RENFORCEMENT DE LA FORMATION CONTINUE, EN COMPLÉMENT DES MESURES SALARIALES

I. DES NIVEAUX DE RÉMUNÉRATION EN DEÇÀ DES COMPARAISONS EUROPÉENNES MALGRÉ LES RÉCENTES AVANCÉES BUDGÉTAIRES
A. LES RÉMUNÉRATIONS DES ENSEIGNANTS RESTENT LARGEMENT INFÉRIEURES AUX COMPARAISONS EUROPÉENNES
1. Une grille salariale très défavorable aux enseignants en début de carrière, constituant un des principaux freins à l’attractivité du métier
2. Le salaire des enseignants français est très en deçà de la moyenne européenne en parité de pouvoir d’achat
3. Les rémunérations des enseignants largement inférieures aux salaires pratiqués dans le secteur privé

B. LES MESURES DE REVALORISATION BUDGÉTAIRES À L’ŒUVRE SEMBLENT ALLER DANS LE SENS D’UN REGAIN D’ATTRACTIVITÉ
1. La revalorisation des débuts de carrière amorcée en LFI pour 2021 est un préalable indispensable
2. Une dynamique qui devrait être prolongée en 2022


II. DES LACUNES DANS LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN MATHÉMATIQUES QUI NE SONT ENCORE QU’IMPARTIELLEMENT PRISES EN COMPTE
A. L’ACCENT MIS SUR LA FORMATION INITIALE DES ENSEIGNANTS EST LONGTEMPS ALLÉ DE PAIR AVEC UNE FORMATION CONTINUE DISCIPLINAIRE QUASI-INEXISTANTE
1. Une formation en mathématiques qui reste très marginale dans le premier degré malgré la réforme en cours
2. Un recours à la formation continue très limité dans le second degré, en particulier au regard des comparaisons internationales

B. LE PLAN MATHÉMATIQUES, UN SUCCÈS QUI DOIT ÊTRE ACCOMPAGNÉ PAR UN RÉEL EFFORT BUDGÉTAIRE
1. Les avancées du Plan mathématiques en matière de formation continue doivent être soulignées
2. Des moyens humains et financiers qui doivent être renforcés pour un déploiement complet du plan mathématiques

C. AU-DELÀ DES MATHÉMATIQUES, DES CRÉDITS INSUFFISANTS ACCORDÉS À LA FORMATION CONTINUE
1. Un niveau de crédits qui demeure inadapté aux enjeux
2. Une sous-consommation chronique des crédits dédiés à la formation continue

EXAMEN EN COMMISSION
LISTE DES PERSONNES ENTENDUES

Revenir à la navigation

Fiche technique

Autre titre : Réagir face à la chute du niveau en mathématiques : pour une revalorisation du métier d'enseignant

Type de document : Rapport parlementaire

Pagination : 58 pages

Édité par : Sénat

Collection : Les Rapports du Sénat

Revenir à la navigation