Frontières et migrations dans les Balkans occidentaux : renforcement du rôle de l'UE

L'Union européenne (UE) a accordé une aide financière supplémentaire de 39,2 millions d’euros pour mieux sécuriser les frontières dans les Balkans occidentaux. Frontex, l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, renforcera sa présence en Macédoine du Nord mais aussi en Albanie, Serbie, Monténégro et Bosnie-Herzégovine.

Camp improvisé dans un pré de migrants et réfugiés dans les Balkans occidentaux.
© Vanja - stock.adobe.com

Une aide de 39,2 millions d'euros pour les Balkans occidentaux

Compte tenu de la pression migratoire dans les Balkans occidentaux, l'UE a décidé d'augmenter l'aide politique et financière avec tous les pays de cette zone. Elle souhaite :

  • renforcer la protection des frontières ;
  • intensifier la lutte contre les réseaux de passeurs ;
  • accélérer les retours volontaires depuis cette région.

Entre 2021 et 2024, l'UE augmentera de 60% les financements en faveur des pays des Balkans occidentaux, pour atteindre au moins 350 millions d'euros. Ces financements sont destinés à mettre en place des systèmes efficaces de gestion des migrations, y compris d'asile et d'accueil.

UE et Macédoine du Nord : un accord sur le déploiement de garde-frontières

Frontex déploie, à l'heure actuelle, environ 300 agents dans la zone, notamment via des opérations conjointes aux frontières extérieures de l'UE avec l'Albanie, le Monténégro et la Serbie. Les accords signés entre l'UE et ces trois pays ont été conclus dans le cadre du mandat précédent de l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes  :

  • avec l'Albanie en octobre 2018 ;
  • avec le Monténégro en octobre 2019 ;
  • avec la Serbie en novembre 2019.

En vertu de ces accords, des équipes issues du contingent permanent de garde-frontières et de garde-côtes européens sont déployées dans ces trois pays, mais uniquement aux frontières avec des États membres.

L'Union européenne et la Macédoine du Nord ont conclu le 26 octobre un accord  fondé sur le mandat renforcé de Frontex. Il porte sur la "coopération opérationnelle en matière de gestion des frontières avec l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex)."

Cet accord est le deuxième accord fondé sur le mandat renforcé de Frontex. Un premier accord sur le mandat renforcé de Frontex avait été signé avec la Moldavie en mars 2022

La Commission a par ailleurs recommandé au Conseil d'autoriser l'ouverture de négociations en vue de la conclusion d'accords actualisés avec l'Albanie, la Serbie et le Monténégro ainsi qu'avec la Bosnie-Herzégovine.

Processus de Prague

La présidence tchèque du Conseil de l’UE a accueilli les 24 et 25 octobre 2022 la 4e réunion ministérielle du processus de Prague. Lancé en 2009, ce processus réunit une cinquantaine de parties dont les pays de l'espace Schengen, de la région du Partenariat oriental, des Balkans occidentaux, de l’Asie centrale et de la Turquie (la Russie et la Biélorussie n’ont pas été invitées à participer à cette rencontre à cause de leur rôle dans la guerre en Ukraine). Cette réunion portait sur des échanges concernant le plan d’action 2023-2027 autour du retour volontaire des migrants et de l'immigration légale, notamment celle de main-d’œuvre.