Plan de sobriété énergétique : limiter la consommation d'énergie et sortir des énergies fossiles

Température maximale de chauffage des bureaux, travail en horaires décalés, télétravail, covoiturage... Dans un contexte d'urgence climatique mais aussi de crise énergétique en lien avec la guerre en Ukraine, le Gouvernement a présenté, le 6 octobre 2022, un plan de sobriété énergétique qui s'articule autour de plusieurs secteurs.

Immeubles de nuit dans le quartier de La Défense à Paris.
© sleg21 - stock.adobe.com

L'ambition de ce plan de sobriété énergétique est de sortir progressivement la France de sa  dépendance aux énergies fossiles tout en réduisant de 40% la consommation d'énergie d'ici 2050 dans un objectif de neutralité carbone à atteindre.

Les secteurs concernés par le plan de sobriété énergétique

Le plan de sobriété énergétique concerne différents secteurs et acteurs dont en particulier :

  • les bâtiments (19°C de température maximale dans les bureaux, décalage de 15 jours du début et de la fin de la période de chauffe, réduction de l'utilisation de l'eau chaude sanitaire dans les bureaux) ;
  • les transports (utilisation privilégiée du vélo, des transports en commun ou du covoiturage) ;
  • l'État (chauffage à 18°C et travail en horaires décalés les jours de forte tension sur le réseau électrique, incitation au télétravail afin de réduire la consommation de carburant, limitation de la vitesse à 110 km/h sur autoroutes pour les agents employant leur véhicule de service lors de trajets professionnels non urgents, réduction des consommations énergétiques d'origine numérique...) ;
  • les collectivités territoriales (baisse de la consommation électrique liée à l'éclairage public, limitation du chauffage des équipements sportifs et réduction du nombre de mètres carrés chauffés en regroupant les services publics dans des locaux mieux adaptés) ;
  • les entreprises (extinction de l'éclairage intérieur des bâtiments lorsque les locaux sont inoccupés et réduction de l'éclairage extérieur, notamment publicitaire, pilotage du chauffage, de la climatisation et de la ventilation, suppression des déplacements inutiles...) ;
  • les particuliers (mise en place d'un bonus sobriété pour les ménages maîtrisant leur consommation énergétique, aides pour passer d'une chaudière à gaz à une pompe à chaleur en logement individuel, amélioration de l'information des Français sur la "météo de l'électricité" par le biais du signal Écowatt) ;
  • le sport (diminution du temps d'éclairage avant et après les matchs, baisse du chauffage dans les gymnases, réduction de la température de l'eau des piscines...) ;
  • la culture (limitation de l'empreinte énergétique des cinémas...).

La question des énergies renouvelables

Présenté au Conseil des ministres du 26 septembre 2022, le projet de loi sur l'accélération de la production d'énergies renouvelables va être discuté fin octobre 2022 au Sénat. Ce projet de loi prévoit notamment le déploiement massif de parcs éoliens en mer et de panneaux solaires sur les bordures d'autoroutes et les parkings.

En 2021, la production d'énergies renouvelables a représenté 19% de la production totale d'énergie. Elle est dominée par la production de bois-énergie, d'électricité hydraulique et de chaleur par le biais des pompes à chaleur. L'éolien, les pompes à chaleur et les biocarburants sont les filières ayant connu la plus forte progression depuis 2005. Toutefois, la production d'électricité renouvelable est dominée par l'hydraulique même si la part de l'éolien et du solaire photovoltaïque est en forte progression.