UE : quelle stratégie pour une industrie textile durable d'ici à 2030 ?

La Commission européenne souhaite en finir avec le modèle économique "prélever, transformer, abîmer et jeter'', nuisible à la planète. Dans le cadre d'une économie plus circulaire, la Commission a publié des propositions pour rendre les produits davantage durables. Cela concerne aussi le secteur du textile.

Étiquette avec le label de recyclage apposé sur un vêtement.
Les textiles mis sur le marché de l’UE doivent être durables, réparables et recyclables, fabriqués en majorité à partir de fibres recyclées, sans substances dangereuses et produits dans le respect des droits sociaux. © New Africa - stock.adobe.com

En lien avec le Pacte vert pour l'Europe, la Commission a présenté, le 30 mars 2022, une série de propositions pour faire des produits durables la norme. Ces mesures visent à renforcer l’écoconception des produits mais aussi l'économie circulaire.

Mode éphémère, déchets textiles, destruction de textiles invendus... Les propositions de la Commission contiennent également une stratégie pour le secteur du textile mais aussi une proposition de directive pour renforcer les droits des consommateurs et lutter contre les allégation environnementales peu fiables ou fausses (écoblanchiment).

Pacte vert pour l'Europe : la question de l'industrie textile

Les principaux objectifs du Pacte quant aux défis qui se posent à l'industrie des vêtements et des textiles sont :

  • d'assurer la transparence et la traçabilité tout au long des chaînes d’approvisionnement ;
  • d'encourager le développement des technologies de traitement pour le recyclage des matières premières ;
  • de faire appliquer le règlement ECHA (REACH en anglais) sur les substances chimiques mais aussi les critères de l’Écolabel européen pour les textiles.

Des textiles durables d'ici à 2030

La production mondiale de textiles a presque doublé entre 2000 et 2015.

L’industrie du textile et de l'habillement sont un pilier de l'économie européenne qui emploie plus de 1,5 million de personnes. Le secteur comprend près de 160 000 entreprises, pour un chiffre d'affaires qui s'élevait à 162 milliards d'euros en 2019.

Or, la consommation de textiles est la quatrième principale source d'impact sur l'environnement au sein de l'UE (après l'alimentation, le logement et les transports). Le secteur textile est aussi le troisième en termes de consommation d'eau et d'utilisation des sols et le cinquième en termes de consommation de matières premières primaires. Par ailleurs, les Européens jettent en moyenne 11 kilogrammes de matières textiles chaque année.

La stratégie pour des textiles durables et circulaires propose donc que les produits textiles mis sur le marché de l’UE d'ici à 2030 soient :

  • durables, réparables et recyclables ;
  • fabriqués en grande partie à partir de fibres recyclées ;
  • exempts de substances dangereuses ;
  • produits dans le respect des droits sociaux des salariés et de l'environnement.

Dans le secteur textile, les producteurs doivent par conséquent assumer la responsabilité de leurs produits tout au long de la chaîne, y compris lorsqu'ils deviennent des déchets.

Renforcer les droits du consommateur

La Commission propose également de renforcer les droits du consommateur tout en interdisant l'écoblanchiment.

Le droit de la consommation sera modifié pour garantir une information sur les points de vente en matière de durabilité et de réparabilité des produits. De plus, le texte à venir doit viser à interdire les allégations jugées trompeuses, insuffisamment justifiées et vérifiées.

Il s'agira enfin d'interdire certaines pratiques d’obsolescence précoce, y compris l’obsolescence programmée. Là encore, la Commission prévoit une nouvelle initiative relative au "droit à la réparation" des biens de consommation dont l’adoption est prévue à l’automne 2022.