Région indo-pacifique : quelle stratégie pour l'Union européenne ?

L’Union européenne (UE) a présenté une nouvelle stratégie pour renforcer ses relations économiques, politiques et de défense dans la région indo-pacifique. L'UE vise à garantir le libre accès des voies maritimes dans cette zone et à répondre aux grands défis mondiaux en matière notamment de climat, de transition numérique et de sécurité.

Navires commerciaux dans la voie maritime la plus fréquentée au monde. Le détroit de Malacca reliant notamment celui de Singapour.
La région indo-pacifique, au centre d’une concurrence géopolitique qui s’intensifie dans les domaines du commerce notamment, a vu sa part dans les dépenses militaires mondiales passer de 20% en 2009 à 28% en 2019. © Igor Groshev - stock.adobe.com

La Commission européenne et le Haut représentant de l'Union ont présenté, le 16 septembre 2021, une communication conjointe sur la stratégie de l'UE à déployer dans la région indo-pacifique, une région du monde de première importance.

Cette communication fait suite à l'approbation, en avril 2021, par le Conseil de la stratégie de l'UE pour la coopération dans la région indo-pacifique.

Un carrefour stratégique mondial

La Commission européenne définit la région indo-pacifique comme "une zone qui s'étend de la côte Est de l'Afrique aux États insulaires du Pacifique". Les routes maritimes majeures qui traversent cette région, comme le détroit de Malacca ou la mer de Chine méridionale, sont d'une importance capitale pour les échanges commerciaux de l'UE. Comptant sept membres du G20 (Afrique du Sud, Australie, Chine, Corée du Sud, Inde, Indonésie, Japon), cette zone indo-pacifique est devenue le moteur de la croissance mondiale et représente aujourd'hui 60% du PIB mondial.

Cette zone est au centre d’une concurrence géopolitique qui s’intensifie dans les domaines du commerce, mais aussi des technologies et de la sécurité. Le renforcement considérable des capacités militaires des pays situés dans l'espace indo-pacifique témoigne de tensions croissantes autour de territoires et de zones maritimes contestées. La part de cette région dans les dépenses militaires mondiales est passée de 20% en 2009 à 28% en 2019.

Dans ce contexte, l'Union européenne veut renforcer sa présence et ses actions dans la zone indo-pacifique pour contribuer à la stabilité, à la sécurité, à la prospérité et au développement durable de cette région. La stratégie adoptée par l'UE vise à maintenir :

  • des voies maritimes libres et ouvertes ;
  • des conditions de concurrence équitables pour le commerce et les investissements ;
  • un ordre international fondé sur des règles et des principes communs, comme le respect de la démocratie, des droits de l’homme et du droit international.

Une vision européenne durable et inclusive

L'Union européenne collaborera avec ses partenaires de la région indo-pacifique dans sept domaines prioritaires :

  • la prospérité durable et inclusive, afin de garantir une reprise socio-économique après la pandémie du Covid-19 et assurer la résilience des économies et des chaînes d'approvisionnement face aux crises futures ;
  • la transition écologique, à travers la conclusion d'alliances vertes avec les partenaires ayant la volonté de lutter contre le changement climatique et la dégradation de l'environnement. La première alliance de ce type a été conclue avec le Japon en mai 2021 ;
  • la gouvernance des océans, au moyen d'un soutien accru de l'UE à ses partenaires pour réformer leurs systèmes de gestion et de contrôle des pêches et contribuer à la conservation des ressources marines ;
  • les partenariats numériques, notamment avec l'Inde qui a signé un accord en mai 2021 pour approfondir la coopération dans le domaine des technologies émergentes (intelligence artificielle, technologie 5G sécurisée, transformation numérique du secteur public...) ;
  • la connectivité, afin de développer de meilleures infrastructures pour relier l'Europe à ses partenaires de la région indo-pacifique ;
  • la sécurité et la défense, en renforçant la capacité des partenaires de la région à assurer la sécurité maritime et à lutter contre les actes de cybermalveillance, la désinformation, le terrorisme ou encore le trafic d'armes ;
  • la sécurité humaine, en apportant un soutien aux systèmes de santé et à la préparation aux pandémies pour les pays les moins avancés de la région indo-pacifique.

En ce moment