Innovation santé 2030 : un plan de 7 milliards d’euros pour la recherche

Lutte contre les pandémies, biotechnologies, santé numérique : tels sont les trois grands axes de la stratégie d’innovation en santé présentée par le chef de l’État le 29 juin 2021. Déployée jusqu’à l’horizon 2030, cette stratégie bénéficiera d’un budget avoisinant les 7 milliards d’euros.

Un technicien de laboratoire installe des cuves en acier inoxydable pour la fabrication de vaccins.
L’objectif est de placer la France au premier rang européen en termes de recherche et de souveraineté dans le domaine de la santé. © Joël Saget/AFP

À l’occasion de la réunion du Conseil stratégique des industries de santé (CSIS) le 29 juin 2021, le président Emmanuel Macron a présenté la stratégie innovation santé 2021-2030.

L’objectif est de placer la France au premier rang européen en termes de recherche et de souveraineté dans le domaine de la santé. Il s’agit également de tirer les conclusions du recul de la France en matière d’innovations de santé dans un contexte marqué par l’importation massive de vaccins contre la Covid-19.

Le budget sera couvert à la fois par l’État et par des entreprises du secteur privé. Les partenariats entre le public et le privé seront illustrés par la création de "clusters santé" : pôles de coopération entre des centres hospitaliers universitaires, des équipes de recherche et des industries de santé.

Par ailleurs, une agence de l’innovation en santé sera créée afin de faire appliquer la feuille de route de la stratégie par l'ensemble des acteurs du secteur.

Les trois défis de la stratégie innovation santé 2030

Le président de la République a fixé trois objectifs majeurs qui s'inspirent des conclusions du Conseil stratégique des industries de santé (CSIS), lancé par le Gouvernement le 11 février 2021.

C'est quoi le CSIS ?

Le Conseil stratégique des industries de santé a été créé en 2004, par le Gouvernement, dans le but d'établir un dialogue entre l’État et les industriels sur les moyens de maintenir et de renforcer l'attractivité de la France dans le secteur de la santé. L'année 2021 représente la 9e édition du Conseil.

Le premier défi concerne les biothérapies, tels que les vaccins à "ARN messager", la biologie de synthèse ou la lutte contre le cancer. La France dépend à 95% des importations en ce domaine. Afin de rompre avec cet état de dépendance, le chef de l’État a fixé deux objectifs a réaliser dans les cinq prochaines années :

  • produire au moins cinq nouveaux biomédicaments ;
  • doubler le nombre d'emplois du secteur.

Le deuxième objectif tend à développer l’utilisation des données de santé numérique. Selon le président de la République, la santé numérique est "un levier absolument fondamental" pour mettre en place une médecine "plus personnalisée, plus efficace, plus prédictive, préventive et participative". Le partage des données "s’opérera toujours dans le respect du secret médical et de la vie privée", poursuit-il.

Le troisième volet met en avant la lutte contre les maladies infectieuses. Le chef de l’État émet la volonté d’anticiper les profils des dix prochains virus les plus nocifs.

Parallèlement, d’autres objectifs viendront compléter le dispositif :

  • doubler en trois ans le nombre d'essais cliniques qui aboutissent ;
  • engager une réflexion sur le prix du médicament ;
  • réduire le temps d’accès au marché de certains produits de santé.

Comment est réparti le budget de la stratégie innovation santé ?

Le budget s’établit de la manière suivante :

  • 1 milliard d’euros pour renforcer la recherche biomédicale. Par exemple, 15 à 20 professionnels reconnus dans la recherche en santé seront attirés ou maintenus sur le sol français et bénéficieront d’une enveloppe de 3 à 5 millions d’euros pour fonder leur propre laboratoire. En outre, 300 millions d’euros seront affectés à la remise à niveau d’infrastructures de recherche existantes ;
  • 2,2 milliards d’euros seront injectés dans les domaines d’avenir. Quelques 800 millions d’euros seront dirigés vers le développement de biothérapies, 650 millions d’euros vers la médecine 5P (préventive, personnalisée, prédictive, participative et basée sur les preuves) et 750 millions d’euros seront dédiés à l’anticipation d’éventuelles pandémies ;
  • 3,5 milliards d’euros seront destinés à l’investissement dans les industries de santé. Ainsi, 1,5 milliard d'euros seront consacrés à pérenniser l'investissement et la relocalisation en France des industries de la santé. Bpifrance versera 2 milliards d’euros dans le domaine de la santé en cinq ans.

Le budget de la stratégie innovation santé 2030 est un budget qui vient s’additionner aux sommes déjà prévues :

  • dans le cadre du Ségur de la Santé, signé en juillet 2020, dont 19 milliards d’investissements dans le système de santé et 8,2 milliards d’euros par an pour revaloriser les métiers de la santé ;
  • dans le cadre de la loi de la programmation de la recherche 2021-2030 (LPPR), soit près de 25 milliards d’euros supplémentaires affectés au budget de la recherche sur dix ans.