Décès, espérance de vie, naissances, mariages... le bilan démographique 2020

Au 1er janvier 2021, la population en France s'élève à 67,4 millions d'habitants selon le bilan démographique 2020 de l'Insee. L'année 2020 a été particulièrement marquée par une augmentation du nombre de décès, une baisse de l'espérance de vie et un recul des naissances et des mariages.

Foule traversant une rue à Paris.
L'Insee note la confirmation d'une tendance à la baisse de la natalité depuis 2015 avec la naissance, en 2020, de 736 000 bébés. © babaroga - stock.adobe.com

En France, la population a augmenté de 0,2% en 2020, cette progression étant due pour moitié au solde naturel, c'est-à-dire la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès. En 2020, ce solde a fortement baissé à cause de la hausse du nombre de décès en rapport avec la pandémie de Covid-19. Selon les chiffres de l'Insee, ce solde est de +67 000 personnes en 2020. Il était de +140 100 personnes en 2019.

Le solde migratoire devient le principal facteur de croissance de la population française en 2020 puisqu'il est estimé à +87 000 personnes.

C'est ce que révèle notamment le bilan démographique 2020 actualisé de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publié le 29 mars 2021.

Augmentation des décès

En 2020, il y a eu 669 000 décès en France (+9,1% par rapport à 2019), avec une hausse marquée au printemps et en fin d'année en lien avec l'épidémie de Covid-19. Cette augmentation des décès a touché en particulier les personnes de 65 ans ou plus : 54 000 décès supplémentaires par rapport à 2019 (+10,5%).

Dans le même temps, l'espérance de vie à la naissance a reculé de :

  • 0,5 an pour les femmes ;
  • 0,6 an pour les hommes.

Ce recul est plus fort qu'en 2015, année pendant laquelle le pays avait subi une forte grippe hivernale.

Désormais, l'espérance de vie à la naissance s'établit à 85,1 ans pour les femmes et à 79,1 ans pour les hommes.

Moins de naissances et moins de mariages

Par ailleurs, l'Insee note la confirmation d'une tendance à la baisse de la natalité depuis 2015 avec la naissance, en 2020, de 736 000 bébés (il y avait eu 753 000 naissances en 2019). Il s'agit du nombre de naissances le plus bas depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, même si la France reste le pays le plus fécond de l'Union européenne, devant la Roumanie. Le taux de fécondité atteint désormais 1,83 enfant par femme en 2020 (contre 1,86 en 2019).

Quant aux mariages, ils sont en très net recul avec 155 000 mariages célébrés en 2020 (150 000 entre personnes de sexe différent et 5 000 entre personnes de même sexe). Ces chiffres représentent une baisse de 31% par rapport à 2019. Cette baisse est à mettre en rapport avec l'épidémie de Covid-19. En effet, au moment du confinement du printemps, les célébrations de mariage avaient été interdites. Et lorsque les célébrations ont été à nouveau autorisées, le nombre de convives était limité. Par conséquent, de nombreux projets de mariages ont été annulés ou repoussés.

Enfin, pour les pactes civils de solidarité (Pacs), leur nombre s'établit en 2019 à 196 000 (soit 13 000 Pacs en moins par rapport à 2018).