Podcasts : quel enjeu culturel pour l'audio à la demande ?

Les contenus audio à la demande, dits podcasts, sont en forte croissance d’audience souligne un récent rapport du ministère de la culture. Cette création audionumérique est encore peu stabilisée. Toutefois, elle implique, comme le secteur audiovisuel, d'importants enjeux de souveraineté culturelle.

Temps de lecture  3 minutes

Jeune femme écoutant un enregistrement à l'aide de ses écouteurs.
En ce qui concerne l'écoute, 66% va vers les contenus radio, les podcasts natifs et les livres audio, 34% vers des contenus musicaux. © Rawpixel - stock.adobe.com

Le podcast, ou audio à la demande, désigne le contenu téléchargé ou écouté en flux continu sur n’importe quel support. Il concerne :

  • la radio à la demande, dont les émissions sont écoutées en dehors de l’écoute en temps réel ;
  • et les créations spécifiques (dits podcasts natifs, indépendants de la radio).

Ainsi, en 2019, 200 000 podcasts ont été produits dans le monde indique un rapport de novembre 2020 sur l'audio à la demande.

C’est la conjugaison d’innovations technologiques qui a permis l’essor de ces contenus audio ces dernières années :

  • la dé-linéarisation de la radio, la migration des contenus radio vers les réseaux internet, permettant la radio à la demande ;
  • la généralisation de l’usage des smartphones assurant un usage nomade et individuel des contenus audio ;
  • le développement de créations propres (podcasts natifs), affranchies des contraintes éditoriales de la radio et favorisées par le lancement de plateformes spécifiques.

Une audience en croissance et rajeunie

Les podcasts natifs concernent tous les genres (information, savoir, documentaire, fiction, bien-être) et touchent un public en croissance constante.

En France, l’audience des podcasts est estimée à 23% des internautes. Fin 2019, 3,4 millions de français écoutent des podcasts natifs, 66% des auditeurs n’en écoutaient pas l’année précédente. Pour ce qui est de l'écoute, 66% va vers les contenus radio, les podcasts natifs et les livres audio, 34% vers des contenus musicaux.

Les podcasts touchent un public rajeuni (43% ont entre 15 et 34 ans, les 15-34 ans représentant 31% des internautes). Il s'agit également d'un public majoritairement masculin (56% d’hommes), appartenant aux catégories socio-professionnelles supérieures (41%) et plutôt urbain (37% résident dans des agglomérations de plus de 100 000 habitants).

Un écosystème à encourager et moderniser

Selon le rapport, cette nouvelle pratique culturelle, avec de fortes possibilités de croissance, devient un enjeu culturel de souveraineté et de rayonnement dans l'espace francophone.

L’action publique doit s’en préoccuper. En effet, cet écosystème de l’audionumérique n'est pas encore stabilisé sur les questions de régulation, de financement, de rémunération, de fiscalité ou encore d’archivages.

Afin de conserver la pluralité et la diversité des acteurs, le rapport préconise ainsi dans un premier temps :

  • d'envisager certaines initiatives en matière de normes et de régulation (relations entre les différents acteurs, rôle du service public de la radio) ;
  • d'encourager la création audio par le financement en amont de la création, l’aide aux producteurs et aux créateurs.

Dans un deuxième temps, après une observation de cet écosystème et de ses évolutions, des mesures de plus grande ampleur pourraient être prises. Le rapport évoque d'ailleurs la possibilité de repenser l’architecture complète du système de soutien à ce secteur qui engloberait l’ensemble de la création sonore, incluant à la fois la musique et les podcasts.