Exploitants agricoles : quatre fois moins nombreux qu'en 1982

Une enquête de l’INSEE réalisée en 2019 montre que le nombre d'exploitants agricoles a été divisé par quatre depuis 40 ans. Dans le même temps, le profil des agriculteurs a fortement évolué. Les agriculteurs qui sont désormais très majoritairement des hommes sont plus qualifiés qu'au début des années 1980.

Temps de lecture  2 minutes

Agriculteur regardant son champ labouré.
Les exploitants agricoles sont majoritairement des hommes (73% en 2019 contre 61% en 1982), à contre-courant de la plupart des professions où la parité homme-femme gagne du terrain. © Zoran Zeremski - stock.adobe.com

Agriculteurs en polyculture-élevage, éleveurs de bovins, céréaliers, viticulteurs, maraîchers... L'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) recensait, en 2019, 400 000 agriculteurs exploitants dont 7% ont des activités liées à l'exploitation de ressources naturelles sans posséder d'exploitations (exploitants forestiers, patrons pêcheurs...). Ils étaient 1,6 million en 1982, rappelle l'INSEE dans son étude sur les agriculteurs publiée le 23 octobre 2020.

1,5% de l'emploi total en 2019

Les agriculteurs représentaient 7,1% de l'emploi total en 1982. En 2019, ce chiffre est passé à 1,5% de l'emploi total.

L'INSEE met en rapport cette forte baisse avec l'augmentation de la taille des exploitations et les progrès réalisés en matière de productivité.

La grande majorité des agriculteurs exploitants (69%) sont à leur compte et n'emploient aucun salarié. Lorsqu'ils sont employeurs, il n'ont, le plus souvent qu'un seul employé.

Les conditions d'exercice du métier peuvent également expliquer cette érosion : un travail en continu, tous les jours de la semaine, pouvant se prolonger la nuit, avec une durée de travail hebdomadaire largement supérieure à la moyenne (55 heures contre 37 heures), des congés réduits...

Des profils qui évoluent

Autre fait marquant : les exploitants agricoles sont de plus en plus majoritairement des hommes (73% en 2019 contre 61% en 1982), à contre-courant de la plupart des professions où la parité homme-femme gagne du terrain. Cela s'explique, selon l'étude, par le fait que de moins en moins de conjointes d'agriculteurs sont elles aussi agricultrices (19% en 2019 contre 60% en 1982).

Si la population d'exploitants agricoles est plus âgée que dans d'autres secteurs professionnels (55% au delà de 55 ans) et compte le plus de seniors, son vieillissement est moins marqué sur la période étudiée que dans la moyenne des secteurs professionnels note l'enquête de l'INSEE.

Dernier fait saillant : le niveau de qualification de cette catégorie professionnelle a fortement progressé, la proportion d'exploitants agricoles sans diplôme ou uniquement avec le brevet des collèges se situant au même niveau que dans les autres métiers (14% de non diplômés en moyenne). En 1982, ils étaient 82% d'agriculteurs à n'avoir aucun diplôme ou seulement le niveau du brevet des collèges (contre 54% pour l'ensemble des personnes en emploi à l'époque). Par ailleurs, en 2019, ils sont 34% à être détenteurs d'un diplôme de l'enseignement secondaire (BEP ou CAP agricoles) et 26% d'un diplôme du supérieur.