Nature : une biodiversité toujours en déclin en Europe

L'état de conservation des habitats naturels comme les prairies ou les dunes est médiocre en Europe selon un récent rapport. Malgré quelques évolutions positives, des efforts supplémentaires sont nécessaires pour la sauvegarde de la biodiversité en Europe.

Temps de lecture  3 minutes

Le lynx ibérique, que l'on retrouve surtout en Andalousie (Espagne), reste très vulnérable.
L’activité humaine a non seulement façonné les paysages au fil des siècles, mais elle a également provoqué le déclin de nombreux types d’habitats et d’espèces. © Miiri Smily - stock.adobe.com

Le 15 octobre 2020, la Commission européenne a publié un rapport sur l'état de conservation de la nature au sein de l'Union européenne entre 2013 et 2018. Il est complété par une évaluation réalisée par l'Agence européenne pour l'environnement (AEE).

Cette analyse porte sur les données de conservation de :

Quelle pression sur les espèces et les habitats ?

Le continent européen est l’une des régions les plus densément peuplées au monde. L’activité humaine a non seulement façonné les paysages au fil des siècles, mais elle a également provoqué le déclin de nombreux types d’habitats et d’espèces. Le rapport rappelle que les activités qui exercent les pressions les plus fortes sur les espèces et les habitats sont :

  • l'agriculture conventionnelle, intensive et spécialisée (les pelouses, les habitats d’eau douce, les landes et les fourrés ainsi que les tourbières et les bas-marais ont été les plus gravement touchés) ;
  • la modification des régimes hydrologiques (altérations des rivières et des lacs avec des barrages et des captages d’eau) ; 
  • l'urbanisation et la pollution ;
  • la sylviculture non durable ;
  • l’exploitation des espèces par la capture illégale et des pratiques de chasse et de pêche (les prises de chasse annuelles s’élèvent au moins à 52 millions d’oiseaux dans 26 pays) ;
  • les espèces exotiques envahissantes.

Le réseau Natura 2000 

Le réseau européen Natura 2000 représente le plus grand réseau coordonné de zones protégées dans le monde et constitue le principal outil de l’Union européenne pour maintenir et rétablir l’état de conservation des habitats et des espèces protégés.

Fin 2019, le dispositif Natura 2000 comprenait 27 852 sites sur une superficie de 1 358 125 km2.

La couverture varie considérablement d’un État membre à l’autre : sa couverture terrestre est comprise entre 8% pour le Danemark, 12,9%  pour la France et 38% pour la Slovénie.

15% des habitats naturels en état de conservation favorable

Les habitats naturels et les oiseaux sont très affectés :

  • 15% seulement des habitats montrent un état de conservation favorable ;
  • moins de la moitié (47%) des 463 espèces d’oiseaux de l’UE présentent un bon état de conservation, soit 5% de moins que pendant la période couverte par le précédent rapport (2008 à 2012) avec une proportion d’oiseaux dont l’état de conservation est mauvais ou médiocre en augmentation de 7% pour atteindre 39%.

Quant à l'étude sur les autres espèces (mammifères, reptiles, poissons, plantes...), elle souligne un état de conservation favorable pour 27% des évaluations effectuées (contre 23% en 2015). À titre d'exemple, la situation du lynx ibérique, du renne des forêts et de la loutre sont en voie d'amélioration.

Enfin, le rapport fait état d'une évolution positive des efforts de conservation par le biais du réseau Natura 2000. Fin 2019, ce réseau couvrait 17,9% du territoire terrestre de l’Union et 9,7% des eaux marines.