Interview de M. Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire, à France Bleu Gironde le 24 novembre 2022, sur la maltraitance animale dans l'élevage, la protection de la forêt et le débat concernant l'interdiction de la corrida.

Texte intégral

ADELE BOSSARD
Marc FESNEAU, le ministre de l’Agriculture, sera dans les Landes et en Gironde cet après-midi, notamment pour lancer les Etats généraux de la forêt du Massif des Landes de Gascogne, après les incendies nombreux de cet été. Marc FESNEAU, en ligne avec nous depuis Paris, qui répond à vos questions, Marie ROUARCH.

MARIE ROUARCH
Bonjour Marc FESNEAU.

MARC FESNEAU
Bonjour.

MARIE ROUARCH
Avant d’évoquer la forêt, qui est la raison de votre venue dans notre région aujourd’hui, avez-vous vu, Monsieur le Ministre, la vidéo de L214, qui vise une exploitation laitière de Gironde, c’est aux Peintures, près de Coutras, qu’il accuse de maltraitances sur son cheptel ?

MARC FESNEAU
Oui, j’ai vu cette vidéo qui est effectivement choquante. J’ai diligenté dès hier une mission des services vétérinaires pour inspecter l’élevage, pour regarder les conditions d'élevage et les situations éventuelles de maltraitance. Il y a un certain nombre d'animaux, une dizaine, une petite dizaine, qui ont été pris en charge dès hier, et par ailleurs il y a une inspection plus détaillée qui aura lieu demain, pour regarder les mesures… (Coupure liaison)

MARIE ROUARCH
On a quelques petits problèmes de liaison avec Marc FESNEAU, le ministre de l'Agriculture, qui est donc depuis Paris avec nous ce matin pour évoquer cette exploitation du Coutradais, qui est visée par une vidéo de L 214. On va retrouver Monsieur le Ministre dans un tout petit instant en direct sur France Bleu Gironde.

ADELE BOSSARD
Le temps de la rétablir la connexion ce matin en direct, 07h46, avec Marc FESNEAU. Ah, c’est bon, ça y est.

MARIE ROUARCH
Marc FESNEAU, vous étiez en train de nous expliquer que …

MARC FESNEAU
Désolé, j’ai une connexion un peu instable, mais ça va s'arranger, j'espère.

MARIE ROUARCH
On l’espère aussi. Vous étiez en train de nous dire que vous avez diligenté une nouvelle inspection qui aura lieu demain.

MARC FESNEAU
Il y a eu une inspection hier pour regarder les animaux … en urgence, et puis une 2e inspection qui aura lieu demain pour regarder s’il y a lieu à procès-verbal d'une part, et d'autre parce qu'il faut faire des autres animaux si jamais il y a lieu d'avoir des moyens complémentaires à déployer. Et donc s’il y a des procès-verbaux, ils seront liés évidemment à l'inspection qui sera faite. Et puis deux, j'ai demandé aussi un suivi, pour tout vous dire, de l'éleveur, parce qu'il y a parfois des situations de détresse psychologique qu’on trouve parfois en termes de détresse animale, c'est souvent lié, et donc j'ai demandé aussi que soit pris en charge l'éleveur pour faire en sorte que les choses rentrent en bon ordre, mais c'est vrai … c'est des situations qui ne sont pas acceptables…

MARIE ROUARCH
C'est compliqué, on a vraiment de grosses difficultés à être en connexion avec Marc FESNEAU ce matin, le ministre de l'Agriculture qui sera également avec, enfin, dans notre région de cet après-midi dans les Landes et en Gironde pour lancer les Etats généraux du massif des Landes de Gascogne. Ils sont destinés à préparer la replantation du Massif après les incendies de l'été.

ADELE BOSSARD
Et je rappelle que demain, France Bleu Gironde consacre une journée donc aux forêts partout en France, et bien sûr chez nous, nous serons d'ailleurs en direct un de Sainte-Hélène pour une matinale spéciale, faire le point sur la vie d'après les incendies, entre 06h00 et 10h00, comment la vie a repris, qu'est-ce qu'on fait aujourd'hui des forêts, comment est-ce qu'on va anticiper les feux de cet été ? Evidemment on sera bien en direct pour en parler avec des invités, les acteurs locaux, les élus présents, les habitants également seront donc présents en direct de la médiathèque où nous serons avec vous Marie ROUARCH.

(…)

ADELE BOSSARD
Le 6/9 en direct, vous le constatez ce matin, Marc FESNEAU était notre invité, le ministre de l’Agriculture, avec des petits problèmes de connexion. Nous avons retrouvé une bonne connexion ce matin, en direct, sur France Bleu Gironde, Marie ROUARCH.

MARIE ROUARCH
Merci d'être toujours avec nous Monsieur le Ministre.

MARC FESNEAU
Merci à vous.

MARIE ROUARCH
On va en venir maintenant à la raison pour laquelle vous vous déplacez dans les Landes et en Gironde aujourd'hui, notamment pour lancer ces Etats généraux du massif des Landes de Gascogne. Vous êtes attendu ici, notamment par les élus qui réclament des actes, pas des promesses de plantations d'arbres, vous en avez conscience j’imagine.

MARC FESNEAU
Oui, absolument. Alors, comme vous le savez, après un incendie comme il s'est déroulée dans Le massif des Landes de Gascogne, on a d'abord besoin de regarder ce qu'il faut faire des bois qui ont été brûlés, comment on les évacue, comment on nettoie les parcelles. Et puis on est attendu, et c'est juste, sur la question de la reconstruction de ce massif. Le président de la République a dit que les moyens seraient mis et déployés, il y a 150 millions d'euros qui sont déployés annuellement et qui vont être mobilisés dans le cadre de France 2030 et qui permettront de reconstituer ce massif, mais on a besoin, et c’est l'objectif aussi de ces Etats généraux, de réfléchir les peuplements de demain, à la fois en matière de lutte contre les incendies, quels sont les dispositifs complémentaires qu'on peut prendre pour éviter que des incendies comme ceux-là puissent se déployer, les obligations de débroussaillement en particulier, et les moyens humains et les moyens matériels dont on a besoin. Et puis deux, de réfléchir les essences, l'évolution des essences dans les massifs, pour regarder, alors ça c'est du temps plutôt moyen terme, puisque la replantation elle ne peut pas s’effectuer juste après un incendie, comme vous le savez, et c'est ça que je viens lancer, c'est à la fois acter le fait que nous mettrons les moyens nécessaires, et deuxièmement de regarder qu'est-ce qu'il faut mettre comme moyens et quels types de replantation il faut pousser.

MARIE ROUARCH
A ce jour, on ne sait pas s'il faut replanter uniquement des pins, multiplier les essences ?

MARC FESNEAU
On va regarder ça avec des opérateurs locaux, les propriétaires privés, puisque pour l'essentiel c'est un massif qui est de nature privée. Regardez avec aussi, ce que fait l'ONF et ce que fait l’INRAE, l'Institut de recherche de l'évolution des essences et de leur adaptation au dérèglement climatique. Donc ça, on lance ces travaux-là, pour être sûr que ce que nous plantons pourra mieux résister à des incendies de forêt, et puis mieux résister au dérèglement climatique, parce qu'on a des massifs qui petit à petit sont en train de se dégrader du fait du dérèglement climatique.

MARIE ROUARCH
Il y a des spécialistes qui disent que l'objectif fixé par Emmanuel MACRON, qui veut planter un milliard d'arbres en 10 ans, sera difficile à atteindre, ne serait-ce que parce qu'il n’y a pas assez de plans à fournir. C'est une donnée à prendre en compte.

MARC FESNEAU
C'est une donnée à prendre en compte, mais ce n’est pas parce que c'est difficile qu’il ne faut pas l'atteindre. Parce que nous on se donne des objectifs, où au fond on ne s'en donne pas, un milliard d'arbres c'est atteignable. J'ai été la semaine dernière visiter une pépinière dans l'Yonne, je visiterai d'ailleurs un établissant du même type aujourd'hui en Nouvelle-Aquitaine, et l'objectif c'est bien de mobiliser l'ensemble de la filière, et pour qu’ils puissent se mobiliser, et notamment des planteurs, ceux qui ont des plans ou des graines, c'est de leur donner des perspectives sur plusieurs années, parce que c'est comme ça qu'ils pourront se mobiliser pour faire en sorte qu'on atteigne cet objectif de 1,20 milliard.

MARIE ROUARCH
Un petit mot, Marc FESNEAU, ministre de l'Agriculture, de ce débat qui doit avoir lieu aujourd'hui à l'Assemblée, qui pourrait avoir lieu, sur la corrida. Vous venez dans deux départements où se déroulent toujours des spectacles taurins, est-ce qu'il faut interdire la corrida aujourd'hui ?

MARC FESNEAU
Non, moi j'y suis opposé, et pourtant je n’en suis pas un aficionado, mais je pense qu'il faut respecter les traditions et les cultures, et c'est pas parce que, parfois j'entends dire « ils sont minoritaires », mais ce n’est pas qu'ils sont minoritaires que parfois il ne faut pas entendre la voix de ceux qui défendent une tradition locale, et il faut essayer de se comprendre, même si parfois certains peuvent ne pas comprendre, et je l'entends, mais je pense que produire par interdiction, sans essayer de se comprendre mutuellement, et faire défaut au fond à la responsabilité qui est la nôtre, c'est de respecter les cultures, on ne peut pas à la fois dire qu'il faut respecter l'ensemble des cultures, qu'il faut faire de la décentralisation, de la différenciation territoriale, et dès qu'on a une culture avec laquelle on n'est pas coutumier, si je peux dire, dire « il faut l'interdire parce qu'elle ne nous conviendrait pas ». Donc j’espère au moins qu'il y aura un débat serein là-dessus. Et je crois que la majorité, et bien au-delà de la majorité, a très bien vu l'enjeu et la nécessité quand même de faire en sorte qu'on respecte les cultures locales.

MARIE ROUARCH
Merci beaucoup Marc FESNEAU, ministre de l’Agriculture.

MARC FESNEAU
Merci à vous.


Source : Service d’information du Gouvernement, le 25 novembre 2022