Interview de Mme Nadia Hai, ministre de la ville, sur le site du ministère le 12 mai 2021, concernant le renouvellement du dispositif Quartiers d'été.

Texte intégral

Q - Vous avez présenté, aujourd'hui, en Conseil des ministres le renouvellement du dispositif Quartiers d'été. En quoi cela consiste-t-il ?

En 2020, sous l'impulsion du président de la République, le ministère de la Ville et le ministère de l'Intérieur ont lancé Quartiers d'été, un ambitieux plan national pour répondre à l'urgence dans les quartiers, dans le contexte de crise sanitaire. L'objectif était de faire de la période estivale une période d'apprentissage, de découverte et de solidarité.

Nous avons alors déployé de nombreux programmes pour que les familles puissent profiter d'activités sportives et culturelles, mais aussi d'un accès facilité aux services publics, à la formation professionnelle et à l'emploi.

Avec un objectif simple, mais nécessaire : amener les vacances au coeur de nos quartiers et apporter un soutien au plus grand nombre. Ainsi, grâce à la mobilisation des élus locaux, des services de l'État, des associations et des citoyens, les familles ont profité d'une vraie respiration après de longs mois de confinement, en ayant accès à de nombreuses activités : cinéma en plein air, musées virtuels, ateliers théâtres, tournois sportifs…

Le succès a été au rendez-vous : 580 000 jeunes ont participé aux Quartiers d'été, soit un jeune sur trois vivant dans ces quartiers. Les élus locaux ont eux aussi plébiscité ce programme.

Le contexte sanitaire risque, cette année encore, de priver beaucoup d'habitants de vacances. C'est pourquoi nous renouvelons ce dispositif, en concertation avec les acteurs locaux.

Q - Comment le dispositif va-t-il se déployer sur le territoire ?

Nous débloquons 50 millions d'euros pour que les collectivités et les associations, avec l'appui de l'ANCT, puissent à nouveau proposer des activités culturelles, sportives et de divertissement dans les 1 514 quartiers prioritaires de France. Ces activités doivent être un accélérateur de sortie de crise pour les habitants. Ceux-ci profiteront également des programmes portés par d'autres ministères, comme Vacances apprenantes, Été culturel…

Ce budget en hausse doit permettre de proposer aux familles des activités au moins de la même qualité qu'à l'été 2020. C'est au plus près du terrain que les budgets seront ensuite attribués, afin que les activités proposées correspondent aux attentes des habitants.

La mobilisation de l'ANCT sera déterminante, et je sais pouvoir compter sur l'expertise de l'ensemble de ses agents pour accompagner au mieux cette nouvelle édition.

Q - Quelles sont vos attentes pour cette deuxième édition de Quartiers d'été ?

Nous souhaitons que ces Quartiers d'été soient accessibles à toutes et tous et contribuent à restaurer le vivre-ensemble dans cette période de recrudescence des violences. Se cultiver, s'éduquer ou découvrir de nouvelles pratiques sportives dans son quartier sont autant de moments qui doivent permettre davantage de mixité sociale. Les petites filles et les femmes doivent pouvoir occuper davantage l'espace public. Quartiers d'été permet ainsi aux habitants de se rencontrer ou de se retrouver dans un cadre détendu et agréable.

Ces moments s'inscrivent également dans une logique de prévention contre les violences. Le désoeuvrement est bien trop souvent à l'origine de violences, d'incivilités ou de dégradations. Et c'est d'autant plus le cas l'été. Proposer des activités variées, proches de chez soi, c'est une façon de rompre cet isolement.

En 2020, des activités proposées par les pompiers ou les services de police, comme l'initiation au secourisme, avaient aussi permis de créer du lien entre les institutions et les habitants.


Source https://agence-cohesion-territoires.gouv.fr, le 21 octobre 2021