Déclaration de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat au tourisme, aux Français de l'étranger et à la francophonie, en réponse à une question sur le secteur du tourisme outre-mer, au Sénat le 9 septembre 2021.

Intervenant(s) :

  • Jean-Baptiste Lemoyne - Secrétaire d'Etat au tourisme, aux Français de l'étranger et à la francophonie

Circonstance : Question d'actualité au Sénat

Prononcé le

Temps de lecture 3 minutes

Texte intégral

Le secteur du tourisme outre-mer, depuis le début naturellement, et en métropole aussi à certaines périodes a été particulièrement impacté par les conséquences de la crise sanitaire, et d'ailleurs, depuis le début, le Président de la République a tenu à en faire une priorité nationale. On en est aujourd'hui à 37 milliards d'euros qui ont été mis en place, en soutien, dans le secteur du tourisme, avec les différentes mesures d'aide et de soutien.

S'agissant de la Martinique, très précisément, nous avons pris, avec Sébastien Lecornu, avec Alain Griset, des dispositions, dès cet été, dès que le pic est intervenu, pour pouvoir adapter les dispositifs. C'est vrai pour le fonds de solidarité renforcé, c'est vrai pour l'activité partielle qui reste avec ce reste à charge zéro, alors que le dispositif évolue, vous l'avez vu, en métropole. Et naturellement, nous sommes attentifs à tous les trous dans la raquette qui pourraient être signalés. Nous entretenons d'ailleurs un dialogue avec les acteurs du tourisme, au sein du comité de filière tourisme, avec le président de la FEDOM naturellement.

Et nous veillerons à ce que les Outre-mer et la Martinique singulièrement soient totalement parties prenantes de ce plan de reconquête annoncé par le Président de la République, c'était à Saint-Cirq-Lapopie, et nous sommes déjà au stade des travaux pratiques, avec mon collègue Alain Griset. Nous avons d'ores et déjà interrogé les acteurs concernés par voie écrite. Mais notre méthode à tous les deux, c'est le terrain. Et donc, on a été aux côtés des acteurs du tourisme littoral au mois de juillet, aux côtés des acteurs du tourisme rural, c'était il y a quelques jours, dans l'Allier, et nous aurons à coeur, lorsque la situation le permettra, naturellement, d'aller à la rencontre des acteurs du tourisme ultra-marin et notamment antillais, pour pouvoir réfléchir avec eux aux meilleures mesures pour rebondir.

Très clairement, le tourisme ultra-marin est une pépite pour l'économie locale, et il est une pépite aussi pour la destination France. Donc, soyez assurés de notre entière détermination de ce point de vue-là.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 17 septembre 2021