Interview de M. Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur, à France 2 le 21 juin 2021, sur les résultats des élections régionales.

Texte intégral

CAROLINE ROUX
Le ministre de l'Intérieur Gérald DARMANIN, après un scrutin qui marque une défaite cinglante de La République En Marche. Il est la cible de nombreuses critiques depuis hier sur l'organisation du scrutin. Bonjour Gérald DARMANIN.

GERALD DARMANIN
Bonjour.

CAROLINE ROUX
Merci d'être notre invité ce matin. L'abstention atteint un niveau record, deux tiers des électeurs ne se sont pas rendus aux urnes. C'est l'échec d'une promesse d'Emmanuel MACRON, vous vous souvenez, il voulait réconcilier les Français avec la politique, c'est raté.

GERALD DARMANIN
Je pense qu'il faut toujours écouter les silences, et y voir simplement des défauts techniques ou y voir simplement des Français qui n'auraient pas compris la question, ce serait prendre les Français pour des idiots. Les Français, c'est un grand peuple politique, depuis longtemps d'ailleurs, vous avez raison, ils vont de moins en moins voter, songez qu'il y a 20 ans c'était 77% de participation pour les élections régionales, et ce silence, il faut l'écouter. Vous pouvez donner un porte-voix à celui qui n'a pas envie de parler, s'il est silencieux, ça veut dire qu'il veut dire quelque chose.

CAROLINE ROUX
Ça fait des années qu'on écoute le silence.

GERALD DARMANIN
C'est vrai, et c'est d'ailleurs…

CAROLINE ROUX
Et puis après on passe à autre chose.

GERALD DARMANIN
C'est d'ailleurs pour ça que je me suis en partie engagé dans la vie politique, à la fois la lutte contre le Front national, et à la fois effectivement cette abstention, c'est-à-dire ce délitement de la démocratie. Et je ne pense pas que ce soit… le responsable soit particulièrement un calendrier ou tel ou tel homme ou femme politique, je pense que c'est notre classe politique qui manifestement est distendue par rapport aux Français. Et les Français considèrent que ce n'est plus la peine d'aller voter, qu'ils ne voient pas en quoi le département, la région, les hommes et les femmes politiques changent la vie pour eux, et c'est évidemment une défaite pour nous tous.

CAROLINE ROUX
Mais, admettez que c'était quand même une promesse d'Emmanuel MACRON lorsqu'il est arrivé aux responsabilités, il fallait faire la politique autrement, il fallait changer le système, les vieux partis. Ça n'a pas fonctionné.

GERALD DARMANIN
C'est une promesse pour nous tous, qui est ratée, quand on s'engage dans la vie politique.

CAROLINE ROUX
C'était la sienne.

GERALD DARMANIN
Oui, mais d'accord, très bien, mais je pense que personne ne peut se réjouir d'avoir parfois 70% d'abstention. Les jeunes, quand je dis les jeunes, c'est-à-dire des gens qui ont entre 18 et 25 ans, moi j'étais heureux d'aller voter le premier jour à 18 ans, les jeunes ils se sont abstenus à 87 % hier, 87 %. Personne ne peut se réjouir de ça.

CAROLINE ROUX
Ça doit être une priorité dans les mois qui viennent, d'ici à la présidentielle, de redonner aux Français envie d'aller voter ?

GERALD DARMANIN
Evidemment. Evidemment, leur démontrer que nous sommes sincères, que nous avons des combats d'idées, qui sont des combats d'idées sans calcul, que nous faisons des choses pour les gens. Moi je constate d'ailleurs en 2017 c'était le dégagisme, tout le monde devait dégager, et là je constate que tout le monde reste ancré, les présidents sortants sont réélus, et parfois très bien réélus. On n'a pas assez parlé des départementales, mais les gens qui sont élus dans leur territoire, ils restent élus dans leur territoire, parfois avec des scores très impressionnants, et parfois ils sont membres du gouvernement, regardez Sébastien LECORNU, il fait quasiment 60% des voix dans son canton, Brigitte BOURGUIGNON, après avoir gagné les législatives partielles, elle est au second tour.

CAROLINE ROUX
Alors, il y a d'autres scores qui sont moins brillants et on va en parler. Vous êtes mis en cause, je le disais, personnellement d'ailleurs, depuis hier, sur l'organisation du scrutin : propagande électorale qui n'arrive pas, bulletins manquants, bureaux de vote fermés, pénurie d'assesseurs, ce sont des dysfonctionnements graves.

GERALD DARMANIN
Non, écoutez…

CAROLINE ROUX
Non ?

GERALD DARMANIN
Quand on dit que son chien a mordu, on pense qu'il a la rage, nous dit le proverbe. D'abord je veux remercier tous les maires de France, tous les assesseurs et tous les services du ministère de l'Intérieur. Dans un contexte sanitaire où la plupart des pays autour de nous ont reporté les élections, ils ont tenu la barre.

CAROLINE ROUX
On aurait peut-être dû le faire d'ailleurs, non ?

GERALD DARMANIN
Il n'y a pas eu de bureaux, excusez-moi, mais il n'y a pas eu de… Alors, les partis politiques, et notamment l'opposition, a souhaité absolument, rappelez-vous, que l'on maintienne ces élections. Dont acte. Nous avons réussi à organiser ces élections. Deuxièmement, bien sûr il y a eu des problèmes de propagande électorale. Je convoque ce matin les sociétés et singulièrement la société ADREXO, qui n'a pas fait son travail correctement. C'est vrai. Mais enfin…

CAROLINE ROUX
Ce n'est pas grave, vous avez l'air de dire que…

GERALD DARMANIN
… les Français… Si, c'est grave, bien sûr, mais les Français madame, ça fait longtemps qu'ils s'abstiennent. Ecoutons ce silence, c'est très impressionnant ce qui s'est passé hier. Les hommes et les femmes politiques ne peuvent pas dire que c'est une question de tuyauterie, ils doivent penser que profondément les Français ont donné un message en s'abstenant.

CAROLINE ROUX
Alors il y a les femmes et les hommes politiques comme vous dites, et puis il y a le ministre de l'Intérieur qui est en charge de l'organisation des élections. Je vous posais la question : est-ce que ce sont des dysfonctionnements graves, est-ce que…

GERALD DARMANIN
Mais ça s'est bien passé hier.

CAROLINE ROUX
Ça s'est bien passé hier ?

GERALD DARMANIN
Mais bien sûr, ça s'est bien passé hier, à part la distribution de la propagande dont je répète que je convoque ce matin les sociétés, les bureaux de vote ont ouvert. Il y a eu quelques bureaux de vote qui n'ont pas ouvert à Marseille, mais ce n'était pas de la faute du ministère de l'intérieur, on ne va pas rentrer dans les détails, mais il me semble que c'est plutôt une affaire locale. Je constate que les assesseurs, même peu nombreux, étaient très courageux, tout le monde a été vacciné, tous ceux qui l'ont souhaité, tout le monde a été testé, tout le monde a pu constaté qu'un double scrutin, madame, ça fait 40 ans que la France n'a pas organisé un double scrutin sur son sol, elle l'a fait dans des conditions où tout le monde a pu avoir les résultats de façon démocratique, sans contestation, sans problème d'ordre public, alors qu'on a des menaces terroristes, alors qu'on a des contestations sociales, alors qu'il y a une crise sanitaire. Nous sommes une grande démocratie. Donc, on ferait mieux de remercier les maires de France, et les agents publics, plutôt que, pour les hommes et les femmes politiques, ne pas se poser de question.

CAROLINE ROUX
Eh bien justement, l'Association des maires de France et l'Association des départements et régions de France, évoquent une défaillance du service public et des conditions inacceptables sur l'organisation des élections.

GERALD DARMANIN
Moi je ne partage pas cette…

CAROLINE ROUX
Bon, d'accord.

GERALD DARMANIN
… cette attaque envers les fonctionnaires de notre pays.

CAROLINE ROUX
Ça se passera bien au second tour ? On recevra la propagande électorale ?

GERALD DARMANIN
Alors, on va tout faire pour évidemment. Elle est en ligne. Vous savez, il y a eu 262 000 procurations en ligne, c'est la première fois que les Français pouvaient faire leur procuration sur Internet sans se déplacer. C'est la première fois que les Français pouvaient avoir deux procurations par personne. C'est la première fois qu'on a eu ces débats télévisés y compris locaux. On a mis en ligne des professions de foi. Je dis aux femmes et aux hommes politiques, qui ont bien plus d'expérience que moi, parfois ceux qui dirige l'association ont 30 ou 40 ans de vie politique, l'abstention est un message. Les Français veulent nous dire quelque chose, ils veulent nous dire qu'ils n'ont pas confiance en nous, et il faut qu'ils se réveillent ces femmes et ces hommes politiques.

CAROLINE ROUX
Pourquoi il n'y a pas eu de campagne de communication, d'information, pour inciter les Français à aller voter ?

GERALD DARMANIN
… Vous êtes le service public des médias, vous êtes journaliste…

CAROLINE ROUX
On en a parlé, on a fait notre travail, monsieur DARMANIN, est-ce qu'il y a eu une campagne organisée par le SIG ?

GERALD DARMANIN
Moi, je vais vous dire, chacun peut se regarder dans sa glace, je me suis présenté aux élections départementales, j'ai eu la chance d'être réélu à 55% dans ma commune, il y a un second tour la semaine prochaine. Hier soir, sur toutes les chaînes, pas un mot sur les départementales. Personne n'a parlé des départementales. C'est une vie incroyable les départementales, la vie sociale, le handicap, la ruralité, personne n'a parlé des élections départementales. Dans mon département, le département du Nord a plus de budget de la région des Haut-de-France, vous n'en avez pas parlé. Donc chacun regarde sa chacunière…

CAROLINE ROUX
Il y a eu une campagne d'information, juste, je vous pose la question.

GERALD DARMANIN
Moi je pense que des femmes et les hommes politiques doivent en premier se poser des questions, et considérer que l'abstention des Français est un message politique.

CAROLINE ROUX
Ces élections marquent un échec de la République En Marche, vous l'admettez.

GERALD DARMANIN
Bien sûr.

CAROLINE ROUX
Vous l'expliquez ?

GERALD DARMANIN
Il y a plusieurs explications. Moi, d'abord j'ai trouvé que les candidats de la majorité ont été courageux, Laurent PIETRASZEWSKI chez moi il a été courageux, voilà, et la politique c'est parfois perdre.

CAROLINE ROUX
Ça n'a pas payé.

GERALD DARMANIN
Mais ce n'est pas grave, la démocratie c'est parfois perdre les élections, et ce n'est pas très grave, et moi je suis très heureux que nous ayons dès hier soir après la campagne courageuse de Laurent, appelé à voter Xavier BERTRAND pour faire barrage au Front national, évidemment dans notre région il y a toujours un risque. Parce que vous savez, quand il y a 70%…

CAROLINE ROUX
Il y a eu beaucoup d'énergie qui a été dépensée pour les Haut-de-France, justement, cinq ministres, la visite du président de la République.

GERALD DARMANIN
Non, la visite du président de la République n'a rien à voir…

CAROLINE ROUX
Ah bon ?

GERALD DARMANIN
Il peut se déplacer quand même où il le souhaite. Bon. Mais cependant il est vrai que Xavier BERTRAND a gagné ce 1er tour des élections, c'est une évidence.

CAROLINE ROUX
Vous l'avez félicité hier soir ?

GERALD DARMANIN
Je ne l'ai pas félicité hier soir, mais je le ferai. J'ai eu des échanges, j'ai des échanges réguliers avec lui. Moi je considère personnellement que les Français répondent à la question qu'on leur pose : qui voulez-vous comme président de région ? Ils ont répondu. Ne tirons pas de conclusions hâtives sur l'élection présidentielle. Les Français sont un peuple politique qui n'est pas idiot, quand il s'abstient c'est qu'il a envie de s'abstenir, quand il vote pour les régionales, c'est qu'il vote pour le président de région, quand il votera pour le président de la République, il choisira le président de la République.

CAROLINE ROUX
Vous laissez entendre que ce n'est pas un " bon pour accord ", pour la présidentielle pour Xavier BERTAND ou en tout cas un tremplin pour la présidentielle ?

GERALD DARMANIN
Mais pour personne !

CAROLINE ROUX
Ça serait une erreur de lire les choses comme ça à droite ?

GERALD DARMANIN
Mais la droite, regardez, monsieur PRADIER il a fait 12% en Occitanie, un score pas très bon, ridicule objectivement. Voilà. Il a encore perdu 6 points par rapport au candirait de la dernière fois qui avait déjà fait un score pas terrible dans des grandes villes comme Toulouse ou Montpellier. Là où il y a des sortants, ils ont été réélus, à gauche comme à droite. Là où il y a des gens qui ont voulu conquérir, ils ont été balayés. Voilà. Et la majorité présidentielle, comme elle était sortante nulle part et qu'elle voulait entrer partout, a connu aujourd'hui en effet une difficulté importante.

CAROLINE ROUX
Vous avez dit : une victoire du Rassemblement national aux régionales représenterait une marque satanique pour la région qui voterait Rassemblement national. Il y a encore un risque de victoire du Rassemblement national au second tour, notamment en région PACA. On apprend, on a appris hier soir que la liste d'union de la gauche se maintenait en région PACA, malgré le risque de victoire.

GERALD DARMANIN
Bon, d'abord il y a un risque partout. Vous savez, au second tour, quand vous allez voter, il n'y a pas les bulletins du 1er tour, et à 70% d'abstention tout peut arriver dimanche prochain dans n'importe quelle région. Deuxièmement je constate que quand la majorité présidentielle s'allie avec la droite, classique, honorable, comme Renaud MUSELIER, alors elle fait un très bon score. Je soumets ça à votre sagacité, et je pense que les va-t-en-guerre radicalisés parfois des partis politiques, qui n'ont pas appelé à voter MUSELIER, alors que c'était leur propre camarade de parti, ont une responsabilité énorme dans la première victoire de monsieur MARIANI au 1er tour. Et je regrette profondément l'attitude de ce responsable vers politique, voilà. Il n'est pas à la hauteur manifestement d'un parti qui se dit à l'écoute de nos concitoyens et de la République. En se maintenant il fait effectivement peser un grand risque que la région Provence Alpes Côte d'Azur aille au Front national, et il faut évidemment le combattre.

CAROLINE ROUX
Donc nous appelez les Français aux urnes pour dimanche prochain.

GERALD DARMANIN
Mais évidemment.

CAROLINE ROUX
Et à faire un barrage au Rassemblement national d'une manière générale ?

GERALD DARMANIN
Mais d'abord d'aller aux urnes. Mais vous savez, quand vous faites de la politique, vous êtes heureux de voir que les gens sont des débats d'idées, discutent, parfois se disputent, font des réunions, votent, battent des candidats, parfois en élisent quelques-uns. Il ne faut jamais avoir peur de la défaite, mais il faut toujours avoir peur du silence des Français.

CAROLINE ROUX
Merci beaucoup Gérald DARMANIN d'avoir été notre invité ce matin.

GERALD DARMANIN
Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 22 juin 2021