Interview de M. Franck Riester, ministre du commerce extérieur et de l'attractivité, à France Bleu Poitou le 26 février 2021, sur la promotion du commerce extérieur et l'attractivité économique de la France.

Intervenant(s) :

  • Franck Riester - Ministre du commerce extérieur et de l'attractivité

Prononcé le

Texte intégral

EMMANUEL ROUSSEAU
Le Ministre délégué en charge du Commerce extérieur et de l'attractivité est dans la Vienne depuis hier. Franck RIESTER vient visiter trois entreprises de la Vienne pour promouvoir l'export comme piste pour la relance. Il est notre invité ce matin et il répond à vos questions, Noémie PHILIPPOT.

NOEMIE PHILIPPOT
Bonjour Franck RIESTER.

FRANCK RIESTER
Bonjour.

NOEMIE PHILIPPOT
Vous passez donc deux jours chez nous. Pourquoi la Vienne ?

FRANCK RIESTER
Et pourquoi pas la Vienne ? Non, pourquoi la Vienne ? Parce que c'est un territoire qui exporte, qui exporte avec notamment des entreprises dynamiques. Des entreprises qui démontrent par leurs savoir-faire, leurs investissements, les talents qui travaillent dans ces entreprises qu'elles sont compétitives à l'international. Qu'elles ont des produits, des services qui sont demandés. B.BRAUN que je vais voir tout à l'heure, c'est 80 % exportés hors de France. SECATOL, 50 % du chiffre d'affaires exporté dans 50 pays. Et hier CANAPES DUVIVIER, 30 % d'exportations. Donc vous voyez qu'ici dans la Vienne, y compris dans des zones très rurales : CANAPES DUVIVIER sont installés dans une zone très rurale, sont capables d'exporter partout donc le monde. Et nous sommes convaincus au gouvernement que c'est aussi par les exportations que nous réussirons à relancer notre économie et donc c'est ces exemples prometteurs que je suis venu remercier et mettre en avant.

NOEMIE PHILIPPOT
Justement elles doivent toutes s'adapter, ces entreprises, avec la crise sanitaire. Quel message vous leur apportez ?

FRANCK RIESTER
Eh bien qu'il faut malgré la crise, malgré les contraintes, aller chercher des marchés à l'international. Il y a des belles opportunités. Nous sommes nous, Français, plus agiles, plus audacieux que de nombreux autres pays et donc c'est dans ces moments aussi de rupture, de difficultés, où les choses sont perturbées que nous avons des opportunités à saisir. Et c'est maintenant qu'il faut aller tenter l'aventure internationale si jamais les entreprises ne l'ont pas fait ou accélérer la présence à l'international. Et pour ça le gouvernement a mis en place dans son plan de relance, France relance, une partie importante sur l'export. C'est le plan de relance export qui permet aux entreprises de pouvoir avoir l'aide de l'Etat pour réduire le coût de déploiement à l'international.

NOEMIE PHILIPPOT
C'est 250 millions, c'est ça, ce plan de relance ? Ça concerne des entreprises du Poitou ? Si oui, combien et à partir de quand ?

FRANCK RIESTER
Par exemple CANAPES DUVIVIER ont profité de chèques relance export. C'est des chèques qui permettent de baisser le coût d'accompagnement de l'entreprise dans ses marchés à l'international puisque vous savez qu'il y a ce qu'on appelle la Team France Export. C'est l'équipe de France à l'international composée d'une agence de l'Etat qui s'appelle Business France, de Bpifrance, de la Banque Publique, des chambres de commerce et d'industrie sous le chef de filat des régions en lien avec toutes les organisations et syndicats professionnels qui accompagne les entreprises. Mais ç'a un coût et ce coût on veut, nous l'Etat, dans le cadre du plan de relance export, le faire baisser en mettant en place ce chèque relance export. Et par exemple, CANAPES DUVIVIER a saisi cette opportunité pour aller chercher des nouveaux marchés.

NOEMIE PHILIPPOT
Et combien d'autres entreprises ça peut concerner chez nous au-delà de cet exemple ?

FRANCK RIESTER
Toutes les entreprises peuvent en profiter, peuvent profiter de ce chèque relance export, peuvent profiter aussi de la possibilité que l'on donne à ces entreprises de réduire le coût de ce qu'on appelle les volontaires internationaux en entreprise. C'est ces jeunes qui pendant deux ans, au service d'une entreprises, font preuve de dynamisme, d'enthousiasme pour aller développer des marchés à l'international. Vous savez on est dans un moment où les jeunes ont des difficultés à trouver un emploi. On le sait bien. Le gouvernement a mis le paquet en mettant six milliards et demi sur la table pour aider nos jeunes à trouver un emploi ou une formation. Sur l'apprentissage, sur l'alternance mais aussi sur l'international avec ces VIE, programme fantastique, et les entreprises - et je l'ai redit hier à CANAPES DUVIVIER, je le dirai à B.BRAUN et je le dirai à SECATOL tout à l'heure - ont la possibilité de donner une opportunité à des jeunes d'avoir un emploi et notamment de vivre une expérience à l'international qui les changera, à la fois professionnellement mais aussi personnellement.

NOEMIE PHILIPPOT
En 2019, avant cette crise donc, la France était le pays le plus attractif d'Europe. C'est encore le cas ?

FRANCK RIESTER
Oui. Ça fait partie des pays les plus attractifs, en 2019 le plus attractif. On a eu une petite baisse effectivement du nombre d'investissements étrangers en France en 2020 qui est moins forte que la moyenne européenne et moins forte qu'un certain nombre de nos concurrents principaux comme l'Allemagne par exemple. Pour autant, on doit encore améliorer les choses. C'est ce qui est tout au coeur du plan de relance. Pour inciter les investisseurs à venir investir en France, les investisseurs étrangers, parce qu'on a besoin de ces investisseurs étrangers parce que ça contribue à la dynamique économique. Surtout que les entreprises qui sont installées en France aujourd'hui représentent par exemple 30 % de toutes les exportations qui sont des exportations faites depuis la France. Donc on voit bien le rôle essentiel que ça peut jouer et donc il faut améliorer encore l'attractivité du pays. C'est le coeur de France relance avec, par exemple, la baisse des impôts de production qui va bénéficier directement aux entreprises industrielles et à celles et ceux qui travaillent.

NOEMIE PHILIPPOT
En parlant d'entreprises étrangères implantées sur notre territoire, il y a LILLY, celle qui en Alsace. On en parlait hier soir avec la conférence de presse. Olivier VERAN, le ministre de la Santé, a parlé de ces nouveaux médicaments pour lutter contre le virus qui seront produits en France par une entreprise américaine. C'est un symbole de cette attractivité ? Voir qu'au coeur de la crise, on a des secteurs qui peuvent fonctionner ?

FRANCK RIESTER
Oui, bien sûr. Regardez aussi B.BRAUN. B.BRAUN est une entreprise spécialisée dans le secteur médical, qui aujourd'hui est un des grands leaders européens, qui choisit la Vienne et qui continue d'investir. 180 millions d'euros investis en 5 ans dans la Vienne par B.BRAUN. Et on voit bien que la France a des atouts et il faut les renforcer ces atouts. C'est ce que nous faisons depuis 2017 avec la politique ambitieuse en matière de baisse de la fiscalité, en matière d'assouplissement du marché du travail, de formation. Parce que ce qui fait d'abord et avant tout l'attractivité d'un pays, c'est la qualité de celles et ceux qui travaillent. Leur créativité, leurs qualités, leurs initiatives. Et donc c'est tout ce projet-là que nous menons depuis 2017 et que nous voulons accélérer avec France relance. Je vous le disais pour l'export mais je peux vous le dire aussi par exemple sur les technologies et l'innovation parce que les secteurs dont vous parlez - le secteur médical - a besoin d'innovation en permanence. Par exemple nous mettons beaucoup d'argent sur les nouvelles techniques et les nouveaux secteurs, notamment dans la santé, avec par exemple les biotechs. On veut être un des leaders européens des biotechs dans les années qui viennent et ça nécessite une stratégie industrielle et des moyens. C'est France relance qui le permet.

NOEMIE PHILIPPOT
Merci beaucoup Franck RIESTER d'avoir été l'invité de France Bleu Poitou ce matin.

FRANCK RIESTER
Merci à vous.

NOEMIE PHILIPPOT
Vous êtes ministre délégué en charge du Commerce extérieur et de l'export et en visite chez nous depuis hier.

FRANCK RIESTER
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 1er mars 2021