Déclaration de M. Christophe Castaner, ministre de l'intérieur, en réponse à une question sur les incendies en Australie, à l'Assemblée nationale le 7 janvier 2020.

Texte intégral

Comme l'a fait Elisabeth Borne tout à l'heure, je souhaite rappeler l'enjeu du combat actuellement mené par les forces qui luttent contre les incendies survenus partout en Australie, provoquant des dégâts humains et environnementaux épouvantables. Près d'un million d'animaux ont ainsi été emportés, et l'on compte une vingtaine de morts : voilà la réalité du sinistre qui frappe ce pays.

Au-delà de ce constat, il faut certes mener une politique de fond de lutte pour la biodiversité et le développement durable, mais également agir immédiatement. Le président de la République s'est entretenu dimanche avec le Premier ministre australien, M. Scott Morrison, pour lui faire part de la solidarité de la France et de sa disponibilité pour accompagner l'Australie. Hier midi, j'ai reçu l'ambassadeur d'Australie en France, M. Brendan Berne, pour lui soumettre et lui présenter tous les dispositifs que nous pouvions mettre à disposition.

Après de rapides échanges, nous avons déterminé ce matin la composition de la première mission que nous enverrons sur place : cinq experts des différents sujets sur lesquels nous pourrions apporter notre soutien, non parce que l'Australie ne saurait pas faire - c'est un grand pays, qui a hélas l'expérience et un très grand savoir-faire dans la lutte contre les incendies -, mais parce qu'elle nous a sollicités pour que nous l'accompagnions dans les stratégies de lutte aérienne, de gestion de crise en matière de lutte contre les feux de forêt et sur d'autres spécialités que nous avons hélas développées - je dis "hélas", car elles l'ont été à cause de ce que nous avons connu dans le Sud de la France.

L'équipe de la première mission partira ce soir : demain, en fin de journée, elle sera sur place en Australie et pourra déterminer avec les autorités australiennes comment nous pourrons, dans un second temps, renforcer encore les moyens humains. En fonction de ce qui sera sollicité, près d'une centaine de personnes pourront être mobilisées dans un cadre européen, expression de notre solidarité au-delà même de l'expertise qui débutera dès ce soir.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 14 janvier 2020