Interview de Mme Brune Poirson, secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, à France Bleu Occitanie le 25 juillet 2019, sur la canicule et le projet de loi anti-gaspillage.

Prononcé le

Intervenant(s) :

  • Brune Poirson - Secrétaire d'État auprès du ministre de la transition écologique et solidaire

Texte intégral

JOURNALISTE
Canicule et lutte contre le gaspillage, voilà le programme de la visite de la secrétaire d'Etat à la Transition écologique, dans le Tarn aujourd'hui.

SANDRINE MORIN
Et avant d'aller à Castres, Puylaurent ou Soual, Brune POIRSON est sur France Bleu Occitanie, en direct ce matin. Bonjour Madame la secrétaire d'Etat à la Transition écologique.

BRUNE POIRSON
Bonjour à vous.

SANDRINE MORIN
Alors, on vit une période particulière en ce moment, en France, avec l'alerte canicule. Vous allez distribuer des gourdes sur un marché. Ça semble un peu dérisoire peut-être.

BRUNE POIRSON
Ecoutez, moi je crois qu'il n'y a pas de petits gestes pour se protéger de la canicule. Vous savez, chaque année on constate, en tout cas chaque fois qu'il y a un épisode caniculaire on constate qu'il y a une surmortalité chez certains, et aujourd'hui nous n'avons pas encore les chiffres, mais je crois qu'il est important de sensibiliser aux bons gestes, à savoir en particulier, penser à boire régulièrement.

SANDRINE MORIN
Vous êtes aussi dans le Tarn, et surtout j'allais dire, pour présenter votre projet de loi antigaspillage qui sera débattu à la rentrée. C'est quoi la philosophie de ce texte ? On tente de ne plus détruire, ou presque, c'est ça l'enjeu ?

BRUNE POIRSON
Ah, l'enjeu il est plus important encore, il est de mettre un point final au gaspillage en France, d'arrêter de détruire pour produire. Vous savez, en France, chaque année, il y a entre 650 millions et 800 millions d'objets, de produits, comme par exemple des vêtements ou des appareils électroniques, qui sont détruits parce qu'ils n'ont pas eu suffisamment de succès en magasins, ils n'ont pas trouvé acheteurs, alors au lieu de les recycler ou de les donner, eh bien ils sont tout simplement détruits, parce que pour certaines entreprises eh bien ça coûte moins cher de détruire que…

SANDRINE MORIN
Et vous avez un exemple, par exemple, d'entreprise que vous visez ?

BRUNE POIRSON
Alors, je n'ai pas… je ne suis pas là encore pour faire du name & shame, j'ai eu l'occasion de m'exprimer à ce propos, moi je pense à certaines places de marchés en ligne, qui effectivement vendent toute une série d'objets et qu'au lieu de rendre et renvoyer aux fournisseurs, eh bien préfèrent tout simplement détruire, alors qu'elles pourraient par exemple donner. On sait qu'en France beaucoup de personnes, 3 millions de personnes manquent de produits de première nécessité, ce qui les empêche par exemple de… parfois elles n'osent pas sortir de chez elles parce qu'elles n'ont pas pu avoir accès à ces produits-là, et de l'autre, eh bien on en détruit toujours plus. Je pense par exemple aux vêtements aussi, il y a 49 millions, l'équivalent de 49 millions d'euros de vêtements qui sont détruits, alors qu'il y a des personnes qui n'ont pas de quoi s'en offrir.

SANDRINE MORIN
Oui. Dans quelques heures, les vacances également, Madame la Secrétaire d'Etat, c'est bienvenu sans doute, après une fin d'année difficile avec le départ de François de RUGY.

BRUNE POIRSON
Oui, c'est vrai, François de RUGY est actuellement en train de se défendre, il l'a fait cette semaine, et je crois qu'il continuera au regard des enquêtes et des résultats qu'elles ont donné. Moi, de mon côté, vous savez, je vais prendre quelques jours, bien sûr, en famille, parce que nous sommes des êtres humains comme les autres et c'est important de consacrer du temps à ses enfants, et à son conjoint, mais je serai toujours, bien sûr, sur le pont, sur le pied de guerre, on n'est jamais vraiment en vacances, et d'ailleurs mon équipe m'a préparé un dossier bien fourni.

SANDRINE MORIN
Très bien, et avant ça, vous êtes donc dans le Tarn aujourd'hui. Merci beaucoup Brune POIRSON, secrétaire d'Etat à la Transition écologique


Source : Service d'information du Gouvernement, le 31 juillet 2019