Interview de Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé à France 2 le 27 juin 2019, sur les mesures de prévention aux comportements à risque face à la canicule et la pollution atmosphérique.

Prononcé le

Intervenant(s) :

Texte intégral


CAROLINE ROUX
La ministre de la Santé alors que la France s'apprête à vivre les journées les plus difficiles de la canicule, bonjour Agnès BUZYN.

AGNES BUZYN
Bonjour.

CAROLINE ROUX
Je le disais à l'instant, ce sera aujourd'hui l'une des journées les plus chaudes, un tiers du pays va se retrouver au-delà de 40 degrés, le pire est à venir donc.

AGNES BUZYN
Oui, le week-end, aujourd'hui, demain, samedi, dimanche selon les départements vont voir des pics de températures très élevé, au-delà de 40 degrés, donc nous renouvelons évidement les consignes vis-à-vis de tous les publics, parce que l'on voit bien que certains ne les écoutent pas et sont dans le déni de cette chaleur extrême.

CAROLINE ROUX
Le message ne passe pas ?

AGNES BUZYN
A la fois il passe, à la fois on sent un peu de… une forme de ras le bol d'un certain nombre de personnes parce qu'ils ont l'impression d'être suffisamment informés et à la fois on voit des citoyens assez irresponsables, continuer à faire leur jogging entre midi et deux heures et ce sont ces personnes-là qui in fine vont se retrouver dans les urgences. Et donc j'ai vraiment besoin du sens de responsabilité de chacun.

CAROLINE ROUX
Ils pensent peut-être qu'on en fait trop sur la canicule.

AGNES BUZYN
C'est cela et je crois que malheureusement tant qu'il y aura des comportements à risque, voire encore des parents qui laissent leur enfant dans la voiture pour faire une course rapide, on voit des gens qui continuent de faire du sport, des enfants qui sont sans casquette en plein air, voilà je pense que…

CAROLINE ROUX
Le message est repassé, Agnès BUZYN.

AGNES BUZYN
Tant qu'on peut éviter des morts ou des malaises inutiles, des passages aux urgences inutiles, je continuerai à dire les choses.

CAROLINE ROUX
Quelle est votre principale inquiétude à ce stade ?

AGNES BUZYN
Alors mon inquiétude, c'est que nous voyons augmenter aujourd'hui le nombre d'appels au Samu, à SOS Médecins, le nombre de passages aux urgences, donc on voit bien que les organismes commencent à souffrir de l'accumulation des jours de chaleur et donc mon inquiétude c'est qu'évidemment dans la semaine qui vient, parce que parfois les effets sont un peu décalés notamment chez les personnes n'est plus âgées, les plus fragiles, eh bien que dans les jours qui viennent nous voyons un afflux de personnes aux urgences. Raison pour laquelle je demande à chacun de tenir compte des consignes et d'être responsable.

CAROLINE ROUX
Il y a des dispositifs particuliers, on sait que les services d'urgence sont pour certains en période de dysfonctionnements puisqu'il y a un mouvement de colère, on y reviendra dans un instant, il y a un dispositif particulier pour ces 3 jours qui viennent ou est-ce que tout est en place et qu'il faut juste attendre que le thermomètre monte ?

AGNES BUZYN
Alors tout est en place, il y a des crédits qui ont été débloqués il y a une quinzaine de jours pour éventuellement recruter si besoin dans des services en tension.

CAROLINE ROUX
Ça peut être fait dans les jours qui viennent ?

AGNES BUZYN
C'est déjà, certains services font remonter leurs besoins et donc ont la capacité de recruter des intérimaires, des remplaçants. Heureusement les vacances n'ont pas encore commencé dans beaucoup de services, c'est-à-dire que les personnes partent généralement juillet-août, nous sommes encore en juin, dans la majorité des services les effectifs sont au complet. Voilà donc ça laisse penser que…

CAROLINE ROUX
Est-ce que le mouvement de colère dans les urgences complique d'autant plus la situation ?

AGNES BUZYN
Ecoutez, les soignants sont très responsables en période de difficultés et de crise, je pense que tout le monde se mettra au travail même s'il y a des mouvements de grève, même s'ils porteront un brassard, j'ai de bonnes espoir qu'en situation où nos concitoyens sont en danger, potentiellement en danger de mort, les soignants des urgences seront présents, ça ne retire en rien leurs difficultés et leurs besoins de faire grève. Mais je pense que dans les jours qui viennent, ils seront là.

CAROLINE ROUX
On ne va pas rentrer dans un décompte macabre naturellement mais est-ce qu'on dénombre des victimes de la canicule ?

AGNES BUZYN
Pour l'instant je n'ai pas de chiffres consolidés, nous ferons le bilan évidemment plutôt à distance parce qu'en réalité les chiffres de mortalité sont toujours un peu décalés dans le temps et il faut faire le lien entre le nombre de morts évidemment et l'épisode caniculaire. Je pense que nous aurons des chiffres, voilà dans quelques semaines, aujourd'hui ce que je compte en particulier, c'est nombre de passages aux urgences liés à la canicule, le nombre d'appels à SOS médecins et ça nous pouvons le tenir ce décompte-là quasiment en temps réel.

CAROLINE ROUX
Alors un collectif de médecins et de chercheurs s'associent pour dénoncer les effets de la pollution pour la santé, c'est une tribune à lire dans le journal Le Monde. La pollution de l'air fait disent-ils chaque année 60 millions de… 60.000 morts, est-ce qu'il faut anticiper les mesures de circulation différenciée qui sont déjà à l'oeuvre, qui sont automatiques en cas de pic de pollution, mais est-ce qu'il faut faire davantage de prévention, c'est-à-dire les déclencher avant les pics de pollution, c'est ce qu'ils demandent ?

AGNES BUZYN
Oui alors c'est vrai qu'aujourd'hui cette circulation différenciée est à la main des préfets ou des maires et elle dépend du niveau de vigilance en fonction évidement de la pollution calculée. La question peut se poser d'être en anticipation, en réalité, je crois que certains chercheurs disent que ça ne changerait rien de déclencher plus tôt parce qu'en réalité cette pollution n'est pas uniquement liée au transport, elle est lié à plein d'autres facteurs, les transports jouent pour une partie mais pas la majeure partie de la pollution, notamment la pollution à l'ozone est essentiellement liée à la chaleur. Donc ça dépend aussi…

CAROLINE ROUX
C'est l'ozone et les particules fines.

AGNES BUZYN
Absolument donc c'est aujourd'hui quelque chose qui est débattue et je pense que dans les années qui viennent peut-être que nous ne serons amenés à prendre d'autres décisions pour limiter l'impact de la pollution.

CAROLINE ROUX
Mais il faut aller vite, il y a une forme de…, ce que disent ces chercheurs, c'est qu'à un moment donné les chiffres sont là, 60.000 morts ce n'est pas rien, ça fait combien de morts la cigarette chaque année ?

AGNES BUZYN
Ça fait 79.000 morts.

CAROLINE ROUX
Voilà donc ces chercheurs disent, on ne peut plus attendre, on ne peut différer les décisions, notamment sur cette pollution sourde, quotidienne d'une main d'une certaine manière dans les métropoles.

AGNES BUZYN
Oui, ils ont raison, c'est un vrai sujet d'inquiétude, la France est bien en deçà de ce qu'elle devrait être en termes de pollution de l'air, notamment dans les grandes villes. On a des problèmes aussi qui sont liés au fait que nos villes sont dans des bassins, dans des cuvettes, c'est le cas de Paris, c'est le cas de Grenoble et donc la géographie complique encore plus la capacité qu'on a à faire circuler l'air. Donc tout ça évidemment fait l'objet de plans successifs et je pense que les citoyens sont prêts maintenant à ce qu'on prenne des mesures plus drastiques.

CAROLINE ROUX
C'était la question que je voulais vous poser, ça fait des années qu'on fait le constat au sein du gouvernement, quand vous abordez ces sujets-là, est-ce que vous êtes de celles qui disent, il y a urgence, il faut y aller maintenant ?

AGNES BUZYN
Oui, je parle beaucoup, je parle beaucoup de ces sujets d'environnement et de santé, ils vont faire l'objet d'une communication prochainement en conseil de défense écologique que le président de la République a mis en place récemment. Et je pense que l'opinion est prête maintenant pour que nous prenions des décisions plus importantes. Vous savez à un moment il y a une bascule dans la sensation qu'on a des urgences et des problèmes et je pense que sur l'écologie la bascule s'est faite.

CAROLINE ROUX
Selon Libération, la Haute Autorité de Santé a voté ce mercredi à une large majorité le principe du déremboursement de l'homéopathie, vous avez dit depuis le début que vous vous conformeriez à l'avis de la Haute Autorité de Santé, donc est-ce que vous nous annoncé ce matin le déremboursement de l'homéopathie ?

AGNES BUZYN
Alors je n'ai pas reçu l'avis de la Haute Autorité de Santé.

CAROLINE ROUX
Vous le connaissez.

AGNES BUZYN
Donc vous me permettrez, non mais vous me permettrez d'attendre évidemment l'avis. Aujourd'hui mon urgence, c'est de gérer la canicule et son impact, je pense que la décision peut attendre encore quelques jours et donc voilà, j'attends aussi que l'avis me soit fourni, merci.

CAROLINE ROUX
Très bien, la décision, quelques jours, c'est-à-dire en début de semaine prochaine ?

AGNES BUZYN
Je n'ai pas de date, aujourd'hui je me préoccupe de la canicule parce que je pense…

CAROLINE ROUX
Je rappelle que c'est un sujet important, 2.600 emplois concernés notamment, c'est-ce que tu es le laboratoire BOIRON, c'est aussi une urgence ?

AGNES BUZYN
Les décisions de déremboursement des médicaments peuvent se prendre voilà quelques jours ou quelques semaines après l'avis de la Haute Autorité de Santé. Je rappelle que pour les médicaments anti-Alzheimer, la décision a été prise pratiquement un an après l'avis de la Haute autorité.

CAROLINE ROUX
Vous vous laissez le temps, merci beaucoup Agnès BUZYN.

AGNES BUZYN
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 28 juin 2019 
 

Thématiques :