Interview de Mme Ségolène Royal, ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat, avec RTL le 27 juin 2016, sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et sur la décision des Britanniques par référendum de quitter l'Union européenne.

Texte intégral


YVES CALVI
Olivier MAZEROLLE vous recevez Ségolène ROYAL, ministre de l'Ecologie, de l'Energie et de la Mer.
OLIVIER MAZEROLLE
Bonjour Ségolène ROYAL.
SEGOLENE ROYAL
Bonjour.
OLIVIER MAZEROLLE
C'est définitif, l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes va être construit ?
SÉGOLÈNE ROYAL
La procédure va continuer, je crois qu'il y a eu un vote, une consultation démocratique - comme le président de la République d'ailleurs s'y était engagé - donc maintenant la procédure doit se poursuivre. Moi ce que je voudrais simplement dire c'est que, et je crois que c'est ce que partagent tous les habitants du secteur, c'est que ce problème a duré beaucoup trop longtemps, trop de tensions, trop de violences, trop d'obstination de part et d'autres et qu'on doit en tirer les leçons, vous savez que moi je tiens beaucoup à la démocratie participative et je vous annonce que l'ordonnance sur la participation du public aux décisions, qui ont un impact sur l'environnement, qui a fait l'objet d'un travail très approfondi au sein du Conseil national de la transition écologique que je préside et autour des travaux d'Alain RICHARD, est prête, sera envoyée au Conseil d'Etat - le président de la République l'avait promise lors de la Conférence environnementale - et elle sera adoptée prochainement au conseil des ministres. Pourquoi faire ? Pour faire que plus jamais…
OLIVIER MAZEROLLE
Qu'est-ce que ça veut dire ? Qu'il y aura une consultation ?
SEGOLENE ROYAL
Plus jamais ces mécanismes de blocage, de violences… on est dans un pays qui est capable je crois de réconcilier le développement économique et l'environnement, qui est capable de respecter les citoyens, qui est capable de faire dialoguer, qui est capable de mettre sur la table les vrais chiffres des vrais projets pour que les décisions soient prises dans l'intérêt général et le plus judicieusement possible.
OLIVIER MAZEROLLE
Mais ça veut dire qu'à chaque fois il y aura des référendums, des consultations ? Comment ça va se passer ?
SEGOLENE ROYAL
Oui sur tous les projets il peut y avoir des consultations, il y aura un droit d'initiative citoyenne, il y aura une concertation en amont du processus décisionnel, il y aura l'élargissement du débat public aux plans et programmes et je crois que c'est de cette façon-là que le plus tôt possible lorsqu'il y a un projet qui engage – d'ailleurs des fonds publics très importants – il puisse y avoir un dialogue serein entre les citoyens qui sont des citoyens responsables dès lors qu'on leur donne accès…
OLIVIER MAZEROLLE
Pas uniquement avec les élus ?
SEGOLENE ROYAL
Et avec les élus bien évidemment.
OLIVIER MAZEROLLE
Mais pas uniquement avec élus ?
SEGOLENE ROYAL
Mais pas uniquement entre les élus, avec les élus, au contraire avec aussi les habitants qui protègent leur cadre de vie, qui ont le droit de comprendre où va l'argent public, quels sont les différents enjeux et comment on crée de l'emploi grâce à la protection de l'environnement, mais surtout grâce à la réconciliation entre le développement économique et la protection de l'environnement et du cadre de vie et non pas l'un contre l'autre.
OLIVIER MAZEROLLE
Alors, ça, c'est pour le futur. Mais Notre-Dame-des-Landes, le résultat est là, l'aéroport va être construit ?
SEGOLENE ROYAL
D'abord il y a le problème de l'évacuation du site, donc ça cela relève de la compétence du ministre de l'Intérieur…
OLIVIER MAZEROLLE
Vous croyez vraiment que les gendarmes vont recevoir l'ordre d'aller évacuer le site ?
SEGOLENE ROYAL
Eh bien, écoutez, ça cela relève de la compétence du Premier ministre qui a pris des engagements, du ministre de l'Intérieur et vous comprendrez que je ne vais pas commenter ou m'immiscer, ou jeter de l'huile sur le feu sur ce sujet.
OLIVIER MAZEROLLE
Mais, dans le contexte de la campagne présidentielle, c'est envisageable ?
SEGOLENE ROYAL
Ca été promis par le Premier ministre, donc je pense que ceux qui ont voté « oui » l'attendent et donc je crois que les discussions entre le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur ont commencé pour savoir comment les allaient procéder.
OLIVIER MAZEROLLE
Vous n'avez pas l'air très enthousiaste ?
SEGOLENE ROYAL
Ecoutez moi je crois que les choses doivent être faites avec beaucoup de maîtrise, donc chacun est dans sa compétence, la mienne je viens de vous l'évoquez, je pense que plus jamais ce genre de blocage… et que la discussion dans un pays démocratique, la discussion doit se faire en amont, en respect des citoyens, de la démocratie participative, les gens ont le droit d'être associés aux décisions qui les concernent et, cela, il faut que ça soit fait le plus tôt possible. Parce qu'une fois que les choses sont clarifiées, sur la base de faits, de faits vrais…
OLIVIER MAZEROLLE
Oui, mais là vous avez un problème, vous avez une patate chaude-là ?
SÉGOLÈNE ROYAL
Je ne qualifierais pas le sujet de cette façon-là, je pense que c'est un enjeu important qui doit être traité avec sérieux et avec détermination.
OLIVIER MAZEROLLE
Une seule piste, vous aviez au mois d'avril dit : « Voilà, j'ai reçu un rapport qui montre que le projet est surdimensionné, une piste suffira » ?
SÉGOLÈNE ROYAL
Ecoutez, à une époque oui. Je pense que j'avais fait cette proposition, d'ailleurs à la suite d'un rapport très, très argumenté qui aurait permis de concilier je crois ce qui paraissait inconciliable - ce n'est pas le choix qui a été fait – donc, maintenant, moi je ne vais plus faire de commentaire sur ce qui se passe maintenant, je vous l'ai dit, parce que ça relève du ministre de l'Intérieur pour évacuer le site et pour commencer…
OLIVIER MAZEROLLE
Et du président de la République tout de même ?
SÉGOLÈNE ROYAL
Et du Premier ministre ! Le président de la République s‘est engagé à ce qu'une consultation soit faite, elle a été faite ; il s'est engagé à ce que les réformes soient faites de façon très approfondie sur la consultation du public aux décisions qui le concernent et aux grandes infrastructures, je viens de vous dire que c'est fait, donc cette ordonnance part cette semaine au Conseil d'Etat et donc sera adoptée au conseil des ministres ; et je crois qu'on va rentrer dans une nouvelle ère mâture de conciliation entre l'environnement et l'équipement du pays.
OLIVIER MAZEROLLE
Oui. Mais, pardon, mais vous vous rendez compte que vous êtes un acteur politique de premier ordre…
SEGOLENE ROYAL
Oui.
OLIVIER MAZEROLLE
Vous avez été candidate à la présidence de la République, vous avez marqué l'élection de 2007, et là est-ce que vous recommanderiez à François HOLLANDE de se lancer dans ce genre d'opération qui consiste à demander aux gendarmes d'évacuer Notre-Dame-des-Landes alors qu'il est déjà plutôt faible et soumis à une primaire à gauche ?
SEGOLENE ROYAL
Je vous l'ai dit à l'instant, je crois que ça relève… le Premier ministre s‘y est engagé, il l'a encore dit…
OLIVIER MAZEROLLE
Oh ! Mais vous aviez un avis quand même ?
SÉGOLÈNE ROYAL
Mais vous n'obtiendrez pas de moi une quelconque phrase polémiste, je pense que ce sont des sujets qui doivent être traités avec maîtrise…
OLIVIER MAZEROLLE
Bon, on a compris quand même que vous être très réservée.
SÉGOLÈNE ROYAL
Non, pas du tout.
OLIVIER MAZEROLLE
Est-ce que ça ne vous trouble pas quand même, alors que vous êtes en train de faire voter une loi sur la biodiversité, de voir que, avec l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, c'est une zone importante pour la biodiversité qui va être détruite ?
SEGOLENE ROYAL
Mais écoutez ce débat il a déjà eu lieu, donc maintenant on est dans un nouveau processus, donc je vous l'ai dit à l'instant…
OLIVIER MAZEROLLE
Il n'y a pas de contradiction ?
SEGOLENE ROYAL
Mais écoutez les choses sont très simples, ce débat a eu lieu, le vote a été fait, le Premier ministre s'est engagé à faire évacuer le site et à commencer les travaux, donc voilà il lui revient la responsabilité avec le ministre de l'Intérieur de mettre en application ce qu'il a dit et, en ce qui me concerne, je ne veux plus que des blocages de ce type existent dans un pays comme la France et c'est la raison pour laquelle j'ai mené à bien cette réforme..
OLIVIER MAZEROLLE
D'accord !
SEGOLENE ROYAL
Qui a été promise et donc l'ordonnance sera prochainement adoptée, ce qui permettra au public, aux citoyens – y compris avec des initiatives citoyennes – d'être informés, associés beaucoup plus en amont parce qu'une société adulte, une société mâture ne peut pas se permettre des mécanismes de blocage comme celui de Notre-Dame-des-Landes qui durent depuis plus de 10 ans.
OLIVIER MAZEROLLE
Je me tourne encore vers Ségolène ROYAL femme politique de premier plan, vous êtes pour la démocratie participative, vous nous le rappelez ce matin…
SEGOLENE ROYAL
Oui, parce que je pense que c'est très efficace.
OLIVIER MAZEROLLE
Pourquoi peut-on organiser en France un référendum sur Notre-Dame-des-Landes et pourquoi ne pourrait-on pas l'organiser sur le « oui » ou le « non » à l'Europe ?
SEGOLENE ROYAL
L'Europe je pense est la plus belle idée de l'après-guerre, la construction européenne c'est quelque chose qui était inimaginable après les deux grands conflits mondiaux que nous avons connus et, donc, un vote sur l'Europe ne doit jamais être instrumentalisé. Et qu'est-ce qui s'est passé dans ce référendum britannique ? Il été promis pendant l'élection législative par le Premier ministre Britannique qui a pensé avoir ainsi un certain nombre de voix des antieuropéens à un moment où le scrutin était très serré, eh bien voyez-vous ça a quelque chose à voir aussi avec le respect des citoyens, la démocratie participative, quand un scrutin est instrumentalisé pour un objectif qui n'est pas le sien en général c'est un boomerang qui arrive sur celui qui a instrumentalisé ce scrutin, et c'est exactement ce qui est arrivé lors de ce référendum britannique. Alors, bien sûr, c'est à déplorer. Pourquoi c'est à déplorer ? Parce que l'union fait la force, que la construction européenne n'a pas été facile, que l'Europe je le répète est une grande, grande idée, qu'elle mérite tout notre effort, qu'elle mérite de l'engagement, qu'elle mérite des sacrifices et que bien évidemment il faut aussi être à l'écoute de ce que peut faire l‘Europe de mieux par rapport à parfois ce qu'on lui a reproché, d'être d'abord des mécanismes ou des procédures avant d'être un grand projet, c'est un travail de tous les jours de construire l'Europe pour que ça soit un projet. Moi ce que je trouve quand même réconfortant dans ce vote c'est que les jeunes ont voté pour l'Europe, c'est-à-dire qu'au fond l'Europe reste un espoir auquel il faut donner un contenu, je le vois dans tout le domaine de l'environnement dont j'ai la charge, l'Europe a été à l'avant-garde du combat climatique, elle doit absolument le rester, l'Europe doit nouer aussi un partenariat avec l'Afrique de l'autre côté de la Méditerranée si l'on veut mettre fin aux migrations de la misère , donc il y a de grands projets à porter en Europe - notamment pour les jeunes générations - pour les normes sociales, pour les normes environnementales, pour la croissance, pour l'emploi et en particulier pour la croissance verte et ce combat-là nous le continuerons.
OLIVIER MAZEROLLE
Merci Ségolène ROYAL.
YVES CALVI
Ségolène ROYAL qui annonce donc sur RTL des consultations systématiques sur les dossiers touchant à l'écologie et au développement économique qui ne sont pas incompatibles ajoute-t-elle, c'est une illustration de la démocratie participative explique la ministre de l'Ecologie, texte adopté prochainement par ordonnance. Vous pouvez retrouver bien entendu cet entretien sur le site rtl.fr.
Source : Service d'information du Gouvernement, le 28 juin 2016