Conseil des ministres du 1er juillet 2015. La préparation à l’épisode de canicule.

Prononcé le

Texte intégral

La ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes a présenté une communication relative à la préparation à l’épisode de canicule.
La France enregistre depuis le dimanche 28 juin des températures très élevées. Cette situation est appelée à durer. Plusieurs dizaines de départements sont d’ores et déjà concernés. Ces conditions météorologiques particulières et les niveaux de vigilance qu’elles entraînent sont précisés quotidiennement par Météo France.
Le ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, et de façon générale l’ensemble des pouvoirs publics, sont pleinement mobilisés sur les conséquences sanitaires de la canicule. Comme chaque année, le niveau 1 de veille saisonnière du Plan national canicule (PNC) a été déclenché le 1er juin. Les autres mesures de gestion et de communication prévues dans le PNC sont progressivement mises en œuvre en fonction de l’évolution de la situation et du niveau de canicule fixé par Météo France.
1/ Le ministère chargé de la santé a rappelé les conseils simples à adopter par tous, et surtout par les personnes les plus à risque.
En prévision des épisodes de chaleur, le ministère chargé de la santé a rappelé les recommandations en vigueur afin de prévenir et de traiter au mieux les conséquences de la chaleur. L’attention se porte en particulier sur les personnes fragiles les plus à risque : les personnes âgées ; les personnes handicapées ou malades à domicile ; les personnes en situation de précarité ou sans abri ; les personnes travaillant en extérieur ; les personnes isolées ; les nourrissons ; les femmes enceintes, notamment.
La plateforme téléphonique d’information dédiée à la canicule est opérationnelle depuis le 29 juin 2015. Elle fonctionne tous les jours de 9h à 19h et permet d’obtenir des conseils pour aider à supporter les fortes chaleurs.
2/ Les niveaux 2 et 3 du plan « alerte canicule » ont été déclenchés dans certains départements en fonction des prévisions de Météo France.
Le niveau 2 correspond à un « avertissement chaleur » lié à l’imminence d’un pic de chaleur. Il comprend le renforcement du dispositif de communication et d’information à destination des structures sanitaires et médico-sociales, des professionnels de santé et de l’ensemble de la population.
Le niveau 3 a pour conséquence la mise en œuvre du plan « alerte canicule ». Il est déclenché à l’initiative du préfet avec en appui les agences régionales de santé pour adapter l’offre de soins et médico-sociale et rendre effectives les actions de solidarité avec les personnes isolées et vulnérables.
Le rôle des médias pour diffuser les messages de prévention et de précaution sanitaires est essentiel. Des contacts ont été pris en ce sens avec le président du Conseil supérieur de l’audiovisuel pour en faciliter la mise en œuvre.
3/ La mobilisation des pouvoirs publics dans tous les territoires doit être exemplaire et plus globalement, c’est l’ensemble de la société qui doit être mobilisée
La mobilisation des pouvoirs publics au niveau national et départemental est assurée et organisée (collectivités locales ; établissements sanitaire ; établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes ; structures d’accueil des jeunes enfants ; dispositifs de suivi des personnes vulnérables et isolées, des personnes en situation de précarité et sans domicile fixe…). Elle permet de faire face aux épisodes de forte chaleur. La surveillance sanitaire spécifique à la canicule est par ailleurs effective (suivi du nombre de passages aux urgences pour les pathologies en lien avec la chaleur).
Le Centre opérationnel de réception et de régulation des urgences sanitaires et sociales (CORRUSS) du ministère chargé de la santé est en situation d’alerte. Il est présidé par le directeur général de la santé et se réunira régulièrement en présence de la ministre.
Plus largement, c’est toute la société qui doit être mobilisée (associations, entreprises, familles, voisins…) pour appliquer et relayer les conseils des autorités sanitaires, en particulier auprès des personnes les plus fragiles.

Thématiques :