Conseil des ministres du 7 juillet 2010. Le dispositif national de prévention et de gestion d'une éventuelle canicule.

Prononcé le

Texte intégral

La ministre de la santé et des sports a présenté une communication relative au dispositif national de prévention et de gestion d'une éventuelle canicule.
Ce dispositif, mis en oeuvre chaque année depuis 2004, a fait la preuve de son efficacité en 2006, année où la France a connu une vague de chaleur importante même si elle était moins intense qu'en 2003. Cette année, Météo France prévoit un été plus chaud et plus sec que la moyenne de ces trente dernières années ce qui ne signifie pas obligatoirement un été caniculaire mais incite à rester fortement mobilisé.
Le 1er juin, le niveau de veille du plan canicule a été activé. Jusqu'au 31 août, l'Institut de veille sanitaire et Météo France vont surveiller les indices biométéorologiques et donner l'alerte en cas de besoin. Quand un épisode de fortes chaleurs est prévu, le préfet du département concerné peut décider de passer au niveau 2, dit de « mise en garde et actions». Le plan prévoit également un troisième niveau : lorsque la canicule est aggravée par des facteurs extérieurs comme, par exemple, une pénurie d'eau potable, le Premier ministre peut déclencher le niveau de mobilisation maximale.
Le plan canicule s'appuie sur cinq grands piliers :
* le repérage individuel des personnes âgées ou handicapées qui en font la demande, grâce au registre tenu par les communes. Des recommandations sont également émises pour les autres populations identifiées comme à risque, les travailleurs, les sportifs, les personnes en situation de précarité et les enfants en bas âge ;
* l'alerte, sur la base de l'évaluation biométéorologique faite par Météo France et l'Institut de veille sanitaire (InVS) ;
* la mise en oeuvre des mesures de protection des personnes à risque hébergées en institutions, établissements d'hébergement de personnes âgées et établissements pour personnes handicapées ou hospitalisées en établissements de santé ;
* la solidarité vis-à-vis des personnes à risque, mise en oeuvre grâce au recensement et aux dispositifs de permanence estivale des services de soins et d'aide à domicile et des associations de bénévoles ;
* le dispositif d'information et de communication, à destination du grand public, avec des messages spécifiquement adaptés à certaines catégories de population, et également à destination des professionnels et des établissements de santé.
En 2010, le dispositif a été adapté aux évolutions organisationnelles induites par la mise en place des agences régionales de santé et la réforme de l'administration territoriale de l'Etat. Les établissements de santé se sont préparés : 95% de la capacité d'accueil est maintenue en juillet, 90% en août et 97% en septembre.Le dispositif ne fonctionnera de manière optimale que si chacun fait preuve de civisme et de solidarité. L'implication de l'ensemble de la société dans la mise en oeuvre des mesures préconisées en cas de vague de chaleur permettra d'assurer leur efficacité.