La corruption en questions

Auteur(s) moral(aux) : École nationale d'Administration

Présentation

La corruption a pendant longtemps été considérée comme un comportement déviant imputable à des individus peu scrupuleux mettant à profit une position officielle pour en tirer des bénéfices personnels.
En France, bien que diverses « affaires » politico-financières aient alimenté la chronique judiciaire depuis la fin du XIXe siècle, les sciences sociales ne se sont intéressées au phénomène que depuis une trentaine d’années, alors qu’une abondante littérature anglo-saxonne y était déjà consacrée. La prise de conscience du caractère systémique de la corruption à l’échelle planétaire, y compris dans les pays en développement, a conduit les organisations internationales à adopter diverses conventions visant à prévenir et à lutter contre ce qui est désormais considéré comme un fléau.

Ce dossier thématique n’a pas la prétention d’analyser la variété des pratiques corrompues auxquelles des politiciens, des fonctionnaires et des agents du secteur privé peuvent se livrer, ni l’ensemble des mesures mises en oeuvre dans le monde pour y faire face. Les contributions réunies ici s’interrogent tout d’abord sur la transformation de la définition de la corruption au cours du temps, et sur ce qui la différencie du clientélisme. Elles s’intéressent ensuite aux théories à l’origine des programmes élaborés par l’OCDE et la Banque mondiale en vue d’enrayer la corruption, et à l’introduction dans le droit français des différents dispositifs visant à s’y conformer. Elles posent enfin la question de la cohérence des pratiques sociales, tant en ce qui concerne la passation des marchés publics que dans l’attitude finalement tolérante des citoyens à l’égard des élites que ces derniers perçoivent comme étant corrompues.

Revenir à la navigation

Sommaire

Introduction : La corruption, d’un impensé politique à une politique normative

Problèmes de définition

  • De la corruption des régimes à la confusion des intérêts : pour une histoire politique de la corruption.
  • Les liens entre clientélisme et corruption. Une typologie des configurations illicites du pouvoir politique.

Un phénomène ancien, une préoccupation récente

  • Règles pénales et administratives de la lutte anticorruption : l’influence des normes étrangères et internationales.
  • La nouvelle gestion publique et la prévention de la corruption : rupture ou continuité ?
  • Des dispositifs évolutifs pour la prévention et la répression de la corruption

Les pratiques sociales en question

  • Les marchés publics resteront-ils le domaine privilégié de la corruption politico-administrative ?
  • Le rôle des citoyens face à la corruption : acteurs moraux ou tolérants ?

VARIA

CHRONIQUES

NOTE DE LECTURE

Revenir à la navigation

Fiche technique

Élément(s) commun(s) à tous les formats

Éditeur(s) : La Documentation française

Langue(s) : Français

Format papier

EAN : 3303337901758

Dimensions : 16,0 x 24,0 x cm

Nombre de pages : 240 page(s)

Format : Français

Revenir à la navigation